Sortir dans l’Aude : le Château de Villerouge-Termenès

access_time Publié le 04/03/2024.

Le Château de Villerouge-Termenès monte toujours la garde depuis le XIe siècle dans le sud des Corbières. Des vestiges d’un témoignage important de l’histoire de l’Aude, à découvrir.

Autrefois propriétaire de l’archevêque de Narbonne Guifred de Cerdagne, les chroniques autour du Château de Villerouge-Termenès apparaîssent dès le XIè siècle. Il passera bientôt sous la domination de l’évêque de Rodez qui le cèdera à son tour au seigneur de Peyreperthuse.

Il faudra patienter pendant près de 33 ans avant que le Château ne soit restitué grâce à l’influence de la papauté au seul archevêque de Narbonne. La forteresse de Villerouge-Termenès sera également le théâtre d’un événement marquant : en 1321, le dernier « parfait » cathare Guilhem Bélibaste y sera brûlé vif, symbolisant ainsi la fin du catharisme et de la Croisade contre les Albigeois.

Le Château restera ainsi propriété des archevêques de Narbonne jusqu’à la Révolution. Entièrement restauré au fil des siècles, la forteresse s’intègre parfaitement à l’enceinte fortifiée du village, dont elle défendait le côté le plus exposé face à d’éventuelles attaques. Il sera par la suite modifié et morcelé par les nombreux propriétaires privés qui s’y succèderont jusqu’à la fin du XXe siècle.

Il sera par la suite racheté par la commune, un Château médiéval aujourd’hui à cheval entre féodalité et modernité.

A découvrir à l’intérieur                                    

L’intérieur du Château offre de belles surprises. Les deux premières salles permettent de découvrir des fresques réalisées à partir de modèles médiévaux. La vigne est mise à l’honneur, elle rappelle son importance économique dans cette région.

Deux personnages vous accompagneront le temps de votre découverte. Bélibaste et Bernard de Farges, seront là pour vous narrer la grande Histoire. Notamment celle de l’opposition entre cathares et catholiques, jusqu’à la terrible issue de ce conflit : la disparition de presque tous les cathares, persécutés par l’Inquisition.

Une deuxième salle abrite un four, une vaste cheminée sur laquelle s’ouvre un « récantou », soit une petite alcôve où se situe un banc en pierre, utile pour poser les pots à feu, ou simplement s’asseoir pour se réchauffer. On retrouve également d’autres éléments médiévaux, comme un four à pain, ou encore une fresque datant du XIVe siècle à l’effigie de Saint-Christophe.

La cour intérieure voit des poutres et escaliers en bois de châtaignier au blond chaleureux s’entrelacer. Des aménagements modernes car à l’origine, cette cour était à ciel ouvert, on la traversait pour rejoindre le donjon, lui toujours bien présent.

Ce dernier, ceint d’un chemin de ronde en bois, est un des éléments fondamentaux qui ont permis de dater la construction du fort au XIIIe siècle. Cette tour plus grosse que les autres permettait de protéger la partie la plus exposée du Château. Doté d’un escalier construit dans l’épaisseur des murailles pour permettre aux défenseurs de circuler à l’abri, il mène à la salle basse.

A noter que dans la salle basse, la voûte montre au centre une clé annulaire qui rappelle celle du donjon du Château d’Arques.

Infos pratiques :

Situé à une cinquantaine de kilomètres au sud est de Carcassonne, Villerouge-Termenès est la porte méditerranéenne des Hautes-Corbières. Entièrement restauré, ce château matérialise l’un des plus beaux exemples d’architecture militaire.

Une visite audiovisuelle (F, GB, Esp) intitulée « Le Monde de Guilhem Bélibaste, dernier « parfait cathare » est proposée dans l’aile est du château et permet au travers des destins parallèles de Bélibaste et de Bernard de Farges d’expliquer le catharisme, la puissance de l’Archevêché de Narbonne et la vie quotidienne de la Baylie de Villerouge-Termenès.

L’autre aile du château est réservée à la « Rôtisserie médiévale », restaurant proposant une cuisine du XIVème siècle unique en Europe.

Dernière visite 1h avant la fermeture. A découvrir tous les week-ends de 10h à 17h, tarif 6€.

Retrouvez tous nos articles sur la culture et les loisirs, ainsi que notre page Facebook.
Pixvae © Bertrand Gaudillère.
Culture & loisirs

Grand Narbonne : le festival La Tempora poursuit sa route musicale

Le festival itinérant et gratuit consacré aux musiques du mo ...
Hutte à Réjo dans l'Aude © DR.
Culture & loisirs

Belvianes-et-Cavirac : “Un terrain de jeu idéal pour le kayak”

Régis Casteran et Marielle Anstett ont ouvert une base de pr ...
L'abbaye de Fontfroide depuis son cloître © Cyril Durand.
Culture & loisirs

L’abbaye de Fontfroide, un monument du Moyen-Âge dans le coup

L’abbaye, fondée en 1093, a su passer les époques et vivre a ...
Patrouille-de-France-2©ht-770x430
Culture & loisirs

Grand Narbonne : des sorties en pagaille pour le week-end des 20 et 21 juillet

C’est l’été, il fait beau, il fait chaud, tout e ...