« Des grands rêves et des petits pas »

access_time Publié le 23/02/2024.

Dynamique association, les Amis de Dernacueillette anime le petit village des Corbières. Avec notamment des ateliers de théâtre dirigés par Claudia Kennedy, une prof qui a connu de nombreuses expériences artistiques à travers le monde. Elle nous raconte.

Comment avez-vous rencontré les Amis de Dernacueillette ?

L’association existait déjà et avait été très active dans le passé. Le maire m’a contactée, moi et quelques autres villageois, pour la relancer et organiser des événements dans le but d’animer la vie du village. On m’a demandé d’être présidente de l’association et avec une équipe super engagée, nous avons organisé un certain nombre d’événements vraiment amusants qui ont été très suivis par les habitants de Dernacueillette ainsi que par les gens d’autres villages : des ballades pédestres, des journée citoyennes, vide-grenier, une grande fête avec musique et animations, concours de pétanque, chasse aux œufs à Pâques, grillades, ateliers artistiques pour enfants, ainsi que les jeux de théâtre.

Vous avez un parcours assez incroyable. Pouvez-vous nous en dire quelques mots ?

J’ai eu une chance incroyable ! j’ai grandi en parlant trois langues (anglais, allemand et hongrois) et j’ai étudié les langues à l’Université de Cambridge en Angleterre. Mon autre passion a toujours été les arts du spectacle : la danse, le chant et le théâtre.

Après avoir obtenu mon diplôme de Cambridge, j’ai décidé de me former au théâtre et à la danse à Vienne, la ville où j’ai grandi. Petit à petit, je me suis rendue compte que j’aimais beaucoup enseigner. De nombreuses années plus tard, avec mon mari, nous avons déménagé à travers le monde à cause de son travail : Papouasie-Nouvelle-Guinée, puis surtout dans de différents pays en Afrique.

J’ai décidé de compléter mon diplôme en langues et ma formation en arts du spectacle par un Master en art dramatique en éducation, que j’ai effectué à Birmingham (Angleterre). Un diplôme d’enseignement de maîtrise m’a également rendu beaucoup plus soi-disant “commercialisable” et j’ai pu trouver du travail dans des écoles internationales partout dans le monde où nous avons atterri pendant vingt ans : Zambie, Malawi, Ouganda et Tanzanie.

J’ai enseigné le théâtre et la danse et, plus tard, j’ai également dirigé le département des arts créatifs dans plusieurs écoles. Parallèlement, j’ai commencé à animer des ateliers pour d’autres enseignants et, pendant environ 25 ans, j’ai formé des enseignants et des formateurs d’enseignants en pédagogie, en élaboration de programmes scolaires et artistiques et en compétences en leadership.

« Nous avons tous des talents différents »

Quand on regarde votre parcours, on se demande comment vous avez atterri dans les Corbières !

En 2019, mon mari et moi avons décidé de retourner en Europe. Nous recherchions un endroit pour nous enraciner, surtout après un mode de vie très itinérant. Nous voulions faire partie d’une communauté et le sud-ouest de la France, proche de la Méditerranée et des autres pays européens, est devenu notre choix préféré. Comme vous pouvez l’imaginer. C’est ainsi que nous avons choisi le pays et la région.

Nous n’étions jamais allés à Dernacueillette auparavant mais c’est un endroit très spécial et il répondait à tous nos critères, alors nous nous sommes plongés dans l’aventure. Depuis que nous vivons ici, nous avons découvert à quel point cette région est incroyable. Nous avons été chaleureusement accueillis ici et nous nous sentons vraiment chez nous.

Vous continuez quand même à animer des ateliers dans le monde entier ?

Oui, au cours des dernières années, j’ai continué à travailler pour le Baccalauréat International en tant que formatrice d’enseignants et examinatrice, à la fois pour des événements en ligne et en face à face. J’ai également été invité en freelance à animer diverses formations d’enseignants dans des écoles internationales.

En ce moment, je fais beaucoup de travail pour l’International Schools Theatre Association (ISTA). Il s’agit d’une organisation qui fait entre autres des festivals de théâtre pour les jeunes gens âgés de 11 à 18 ans environ. ISTA organise également des formations en ligne pour les enseignants et des événements en ligne pour les étudiants.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de faire partager votre passion aux gens des Corbières ?

Dans le cadre de l’association nous avons tous des talents différents à partager. J’ai mené une une belle vie pleine de bénédictions et j’ai eu tellement de chance. Je sentais vraiment que je voulais redonner quelque chose et contribuer d’une manière ou d’une autre à la communauté.

En réfléchissant à mes qualités et mes préférences, c’est dans les domaines du théâtre et de la danse que je peux faire une différence. J’ai commencé par proposer quelques petits jeux de théâtre pendant deux soirées lors d’un mois de janvier froid, afin de nous remonter le moral. Mais nous nous sommes tellement régalés que nous avons continue ensemble !

« Des moments de sincérité »

De quelle façon leur donnez-vous le goût du théâtre ?

Construire l’ensemble pour qu’il travaille en collaboration est absolument essentiel. Chaque fois que je travaille avec des participants, quel que soit âge, ma priorité absolue est de créer un espace sûr, sans jugement, où chacun/e a une voix égale, reçoit le soutien du groupe et est encouragé à prendre des risques (créatifs). Reconnaissant que nous avons tous quelque chose de précieux à apporter, chaque participant est accepté et inclus.

Plus important encore, nous gardons le plaisir ! Pendant 1h30 toutes les deux semaines, nous nous réunissons et rions. Dans ce groupe, il est plus important simplement de se régaler et de nouer de bonnes relations les uns avec les autres.

Au bout d’un an, quel bilan pouvez-vous dresser ?

Il faut travailler dans le cadre de l’environnement et avec les moyens dont on dispose, rêver de grands rêves mais faire de petits pas pour y arriver. J’ai trouvé que les gens du village étaient extrêmement réceptifs à l’idée de jouer à des jeux fous ensemble et nous avons maintenant un noyau régulier d’environ sept à huit personnes qui viennent à toutes les séances !

Les participants ont des souhaits différents. Certains apprécient simplement nos soirées de jeux et ne veulent pas forcément se produire tandis que d’autres souhaitent créer une pièce de théâtre qu’on pourrait jouer devant un public. Nous trouverons un moyen de répondre à ces différents souhaits.

Y a-t-il des talents cachés à Dernacueillette et dans ses environs ?

Nous avons eu de vrais moments de comédie et des idées merveilleusement originales. Les étincelles sont là et les participants me surprennent constamment. Ces moments de “sincérité” des joueurs me font souvent rire aux éclats, m’émeuvent, m’inspirent des idées ou me donnent matière à réflexion en tant qu’animateur sur la direction que nous pourrions prendre ensuite.

En tant qu’artistes, de tels moments nous fournissent du matériel de travail qui pourrait être développé en scènes ou peut-être, avec le temps, en pièces de théâtre plus longues. Alors vraiment, tout commence par les participants !

« Créer un théâtre spécifique au site »

Le théâtre est bien vivant dans les territoires un peu isolés de l’Aude ?

Ici à Dernacueillette, nous avons eu notre première mini-mini-performance devant un public en décembre ! C’était à l’occasion de notre vin-chaud annuel. Nous voulions donner aux gens du village un petit goût de ce que nous faisons quand nous faisons nos jeux de théâtre. Nous les avons donc simplement invités à en jouer avec nous, sur la place du village !

De nombreuses personnes, adultes et enfants, ont eu le courage de participer et c’était très amusant. Nous avons également réalisé quelques toutes petites scènettes, nées des exercices et des jeux auxquels nous jouons et des idées qui en découlent. Certains membres du groupe ont participé en aidant à diriger les répétitions et à façonner la présentation des scénettes, tandis que d’autres souhaitaient se produire devant un public.

De quoi vous donner des idées ?

Une chose que j’aimerais faire – mais j’ai besoin de toute une équipe pour cela – est de créer un théâtre spécifique au site, par exemple une pièce en plein air sur la place de notre village, ou de créer une histoire dans une des nombreuses belles ruines dans le coin. Ce qui me plaît particulièrement c’est de prendre une histoire ou un texte traditionnel et de le moderniser, le rendre pertinent pour un public d’aujourd’hui.

Retrouvez tous nos articles sur la culture et les loisirs, ainsi que notre page Facebook.
Abbaye de Fontfroide DR
Culture & loisirs

Narbonne : l’abbaye de Fontfroide se met au vert ce week-end

Plus de 50 exposant sont attendus à la désormais traditionne ...
Les élus et organisateurs de l'événements - DR Ville de Narbonne.
Culture & loisirs

Narbonne : les Natur’ailes reviennent pour le week-end de Pentecôte

La nouvelle édition du festival international de cerfs-volan ...
Musée Narbo Via
Culture & loisirs

Narbonne : des idées de sorties en pagaille pour le week-end

Les animations ne manquent pas pour ce week-end des 13 et 14 ...
La péniche Europodyssée amarrée au quai de la cité - DR office municipal de tourisme de Carcassonne.
Actualités

Carcassonne : la péniche Europodyssée amarrée à son nouveau port d’attache

C'est un événement aussi fluvial que culturel. La péniche Eu ...