Rencontre avec Thierry Degen, sportif au grand cœur

access_time Publié le 23/11/2021.

Kiné de profession, Thierry Degen vient de participer au Grand Raid des Cathares. Au-delà de la performance sportive, le parrain de l’association Gabyn et Eulaly court pour défendre la cause des jumeaux grands prématurés.

Natif de l’Oise, Thierry Degen n’a jamais ménagé ses efforts. Que ce soit pour lui ou pour les autres. Et la course qu’il vient de terminer en atteste. Au départ des 161 kms du Grand Raid des Cathares, celui qui officie en tant que kiné depuis 25 ans à Narbonne a terminé la course en près de 25 heures et 15 minutes.

Une performance remarquable pour un sportif qui s’entraîne quotidiennement, aux journées bien remplies. « Je m’entraîne quasiment tous les jours. Réveil à 6h, boulot de 7h à 12h, puis je m’entraîne entre midi et 14h, puis je reprends le travail jusqu’à 19/20h. »

Une hygiène de vie et une motivation irréprochables, pour celui qui a fêté ses 50 ans cette année et qui s’occupe en parallèle d’accompagner en kinésithérapie et osthéopathie le XIII Lézignanais. Mais depuis peu, la performance et l’amour du sport ne sont plus ses seules sources de motivation.

« Depuis cette année, je suis parrain de l’association Gabyn et Eulaly. J’ai fait la connaissance de leur maman en allant à des séances de cross-fit. Ayant moi-même deux enfants, il était difficile de ne pas se sentir concerné. »

« Promouvoir l’association à travers le sport »

Eulaly et Gabyn ont 17 ans. Deux jumeaux nés grands prématurés, ils sont infirmes moteurs cérébraux. Depuis cinq ans, ils suivent la méthode du « biofeedback » pour apprendre à leur cerveau à trouver des connexions alternatives pour améliorer l’activité fonctionnelle.

Un traitement dont ils bénéficiaient à Miami, où se trouve le centre spécialisé dans cette méthode. Des voyages qu’ils pouvaient entreprendre avant la Covid-19, grâce aux fonds récoltés par l’association.

« Ce sont deux enfants en Bac Pro, au lycée Beauséjour à Narbonne. Ce sont deux gamins extraordinaires, toujours souriants. Malgré le fait que leur mobilité soit réduite, ils sont toujours très positifs et courageux. C’est vraiment une leçon de vie que de les connaître et les côtoyer. »

« C’est important de continuer à faire parler de l’association, notamment à travers des épreuves sportives me concernant. De part mon métier et ma pratique du sport, je mesure les efforts qu’ils fournissent au quotidien, et de l’aide dont ils ont besoin. »

Thierry Degen, 11e au général et 4e de sa catégorie

Evidemment, n’importe qui ne se lancera pas à l’assaut du Grand Raid des Cathares. Pour parcourir les 161 km de l’épreuve, un dénivelé positif de 7500 mètres, avec un départ donné à 21h pour une course s’étalant sur une journée entière dont une grande partie dans l’obscurité, il fallait être préparé.

Celui qui avait joué pendant des années au Football Union Narbonne, de 1996 à 2001, en tant que milieu récupérateur (poste tout désigné pour le marathonien), est ce qu’on pourrait appeler un véritable « accroc » au sport. Inscrit depuis 2011 au club de triathlon de Narbonne, Thierry est un homme qui aime se lancer des défis.

Il a notamment participé et terminé l’épreuve d’Ironman de Nice sous la barre des 11 heures (3,8 km de natation, 180,2 km de vélo et 42,195 km de course à pied) mais aussi l’Altriman de Matemale dans les Pyrénées, un triathlon en altitude avec un important dénivelé.

« J’ai également participé à trois reprises aux 100 km de Millau, mais aussi à l’Ultra Trail de montagne de Cucugnan et de Peyrepertuse. J’ai eu la chance de n’être que très peu blessé durant ma carrière, le tendon d’Achille qui a lâché en 2012 mais à part ça, j’ai été épargné. »

Une « chance » qu’il doit également au fait de connaître parfaitement son corps, habitué et entraîné aux efforts intenses. « Après, il faut éviter d’être trop dans l’excès, même si dans mon cas ça y ressemble. Il n’y a pas de secrets : bien dormir, bien manger, être bien dans sa tête. »

« Être dans l’excès ça veut aussi dire devenir chiant pour tout le monde, sa famille et ses amis. Quand vous sortez rencontrer vos amis ou vos proches, ce n’est pas à eux de se sacrifier pour vous. Il faut aussi les préserver de ça. »

De nouveaux objectifs en vue pour 2022

Ainsi, Thierry Degen a encore de la suite dans les idées, comme en témoignent ses ambitions : « J’ai pour motivation de me qualifier pour les championnats du monde de triathlon dans ma catégorie. Pour cela, il faudra que je parvienne à atteindre un certain chrono. Il n’est pas encore déterminé, mais c’est un objectif que je me suis fixé. »

« D’ailleurs, j’en profite pour remercier mon entraîneur Didier Milhau qui me suit et qui a une part prépondérante dans mes résultats. Mais aussi ma famille, mes enfants Alice (21 ans) et Martin (15 ans), qui même s’ils sont grands aujourd’hui me soutiennent toujours. Et surtout Agnès ma femme, qui elle me supporte au quotidien malgré ces sacrifices. »

Pour soutenir l’association Gabyn et Eulaly, plus de renseignements ici.

Sport

Les résultats sports du week-end, lundi 29 novembre

Un week-end sportif difficile, avec une météo capricieuse qu ...
Sport

Les résultats sports du week-end, lundi 22 novembre

Une tendance sportive qui se confirme ce week-end encore. En ...
Sport

Les résultats sports du week-end, lundi 15 novembre

Petit week-end de sports en cette mi-novembre. On notera cep ...