Mgr François-Xavier Bustillo, d’ancien curé narbonnais à cardinal

access_time Publié le 11/07/2023.

Vingt-et-un nouveaux cardinaux ont été désignés par le pape François lors de l’Angélus de ce dimanche 9 juillet. Monseigneur François-Xavier Bustillo, ancien curé franciscain à Narbonne, est l’un des heureux élus.

S’il est aujourd’hui en Corse en tant qu’évêque d’Ajaccio, Monseigneur François-Xavier Bustillo, 54 ans, a laissé une trace indélébile dans l’esprit de nombreux Narbonnais. Grand orateur et érudit, celui qui officiait au sein du couvent de Saint-Bonaventure – qu’il a co-fondé – à Narbonne, avait été ordonné prêtre en 1994.

Né à Pampelune en 1968, le nouveau cardinal avait suivi une formation franciscaine à Padoue en Italie, puis à Toulouse. Après sa licence en théologie obtenue à l’institut catholique de Toulouse, c’est donc à Narbonne qu’il deviendra vicaire épiscopal. Il officiera par la suite en tant que gardien du couvent Saint-Maximilien Kolbe à Lourdes.

Nous l’avions interviewé en 2021, à l’occasion de la sortie de son livre La vocation du prêtre face aux crises – La fidélité créatrice. Il déclarait notamment à propos de son expérience narbonnaise :

« Mon long séjour narbonnais m’a aidé à grandir par les nombreuses rencontres et par l’exercice de la responsabilité où, un être adulte aime, souffre et, surtout grandi. Alors, je suis parti serein, parce que je crois que j’ai donné les plus belles années de ma vie au service des personnes et, en même temps, avec un effort de détachement puisque les liens créés étaient forts et beaux. J’ai des liens d’amitié avec beaucoup de Narbonnais. »

« Je garde des souvenirs merveilleux de ces moments. »

« La distance physique n’est pas un obstacle. Les liens restent et derrière les personnes il y a toujours un partage de vie. Comme franciscain et prêtre j’ai eu le privilège de participer à des moments heureux et douloureux des Narbonnais. Même si la pratique n’est pas très forte, l’Eglise est présente lors des moments bio-existentiels : naissance, mort, mariages, communions… »

De sa foi, il déclarait notamment : « Dans la vie il faut lutter et aimer, on n’a pas le choix. De la naissance jusqu’à la mort il faut se muscler intérieurement pour être solides et pas mous. La foi est ce GPS intérieur qui nous oriente vers tout ce qui est beau, vrai et bon. Pour moi, aujourd’hui dans notre société crispée, il faudrait être libre pour que chacun donne le meilleur de soi-même sans être conditionné par le regard des autres. »

« Oui, je crois que nous manquons de liberté intérieure et d’aspirations. Alors, c’est le moment idéal pour déclencher l’audace et la créativité pour bâtir une vie relationnelle intelligente, ouverte et saine. L’impératif de Jésus « aimez-vous les uns les autres » est un sacré chantier pour réparer le monde. Allons-y ! »

Mais un cardinal, c’est quoi au juste ?

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, « cardinal » est davantage une dignité qu’un véritable statut. Ils incarnent cependant les plus hauts dignitaires de l’Eglise catholique, après le souverain pontife, et les plus hauts membre du clergé de Rome.

Ils côtoient le pape au quotidien – ceux qui résident à Rome – et se trouvent être ses plus proches conseillers, chargés de l’assister au sein de l’administration religieuse comme civile. Ils forment ainsi le Collège cardinalice, appelé autrefois Sacré Collège. De nombreux cardinaux restent cependant en place, c’est le cas des cardinaux-évêques tels que François-Xavier Bustillo, qui a déclaré rester à Ajaccio.

Les cardinaux ont également pour prérogative la mission d’élire le pape. Depuis 1970 et la règle fixée par le pape Paul VI, ne peuvent voter que les cardinaux ayant moins de 80 ans. Les cardinaux sont ainsi nommés de façon durable, désignés pour leurs compétences à mettre en œuvre la mission de l’Eglise.

Une désignation acclamée

Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, déclarait notamment : « Félicitations à Monseigneur François Bustillo, évêque de Corse, créé cardinal par le Pape François. C’est une fierté pour la France. »

En Corse, les commentaires sont aussi unanimes : « une distinction qui rend fiers et heureux la Corse et les Corses » pour Gilles Simeoni, président du conseil exécutif, « un immense honneur pour l’Eglise de Corse et l’ensemble de ses fidèles qui accompagneront Monseigneur dans cette mission ». Le président de l’agglo de Bastia déclarait même : « un homme de bien qui avait compris notre île et n’avait cessé d’y semer la paix, en délivrant des messages d’espérance dans des périodes parfois très sombres ».

A noter que c’est la première fois dans l’histoire de l’Eglise de Corse qu’un cardinal est désigné. François-Xavier Bustillo n’est pas le seul Français, puisque Christophe Pierre, 77 ans, natif de Rennes et nonce apostolique à Washington, a lui aussi été nommé parmi les vingt-et-un.

Retrouvez tous nos articles sur l’actualité, ainsi que notre page Facebook.
Actualités

Meilleure boulangerie de France sur M6 : en Occitanie, les Audois à l’honneur

Jusqu’au vendredi 23 février 2024, les téléspectateurs ...
Actualités

Le Réseau Compost Citoyen Occitanie a tenu ses Assises à Narbonne

Une structure qui a pour but de réduire les déchets organiqu ...
Actualités

Carole Delga rend hommage à Missak Manouchian et à ses camarades

Ce moment solennel est prévu ce lundi 19 février 2024 à ...
Actualités

Aide à l’adoption : Mérida l’élégante

Cette semaine au sein de notre rubrique consacrée aux animau ...