La France gagne deux places au classement de la liberté de la presse

access_time Publié le 03/05/2023.

L’association Reporters sans frontière a publié son rapport annuel mettant en exergue la liberté des médias au sein d’un classement.

La France se classe donc au 24e rang mondial selon l’étude de l’association Reporters sans frontière, concernant l’état de la liberté de la presse dans le monde. Cinq indicateurs majeurs sont pris en compte : le contexte économique, le contexte politique, le cadre légal, le contexte socioculturel et la sécurité.

180 états sont ainsi référencés au sein d’un classement trusté par les pays du nord de l’Europe : Norvège (1re), Irlande (2e), Danemark (3e), Suède (4e) et la Finlande (5e). La France quant à elle, arrive juste devant l’Afrique du Sud (25e), elle-même devant la Grande-Bretagne (26e). Plus surprenant, la France est derrière la Namibie (22e), seul pays d’Afrique avec l’Afrique du Sud à se classer parmi les cinquante premières places.

Le Moyen-Orient et l’Afrique font office de mauvaises élèves, en queue de peloton, on retrouve notamment la Corée du Nord (180e), la Chine (179e) et le Vietnam (178e). A noter, aux portes de l’Europe, la Turquie qui affiche une peu glorieuse 165e place, juste derrière… la Russie (164e).

Surprenant également, la position du Japon, pays le plus industrialisé des états asiatiques, qui affiche une intrigante 68e place. Bien loin de l’Australie (27e), de Taïwan (35e) et de la Corée du Sud (47e), trio de tête de l’ensemble Moyen-Orient/Asie/Océanie.

La désinformation en constante hausse prévient RSF

Les nouveaux médias et moyens technologiques accessibles à tous rendent également difficile le démêlage entre « vrai » et « faux ». Ainsi, la désinformation comme la propagande politique, les manipulations économiques ou encore les faux contenus générés par l’intelligence artificielle sont une menace majeure pour la liberté de la presse.

Globalement, RSF met en exergue le fait que les conditions d’exercice du journalisme sont mauvaises dans 70% des pays de la planète. L’association parle même d’une « industrie du simulacre » au sein de cet univers numérique ou produire et contrôler de l’information n’a jamais été aussi facile.

Christophe Deloire, secrétaire général de l’ONG, expliquait sur France Inter les dangers que pouvaient représenter les nouveaux médias en prenant l’exemple de Twitter et de son médiatique patron : « le pouvoir du patron de Twitter, Elon Musk, peut décider de modifier son algorithme et d’amplifier la désinformation ».

Retrouvez tous nos articles sur l’actualité, ainsi que notre page Facebook.
Le musée de Spi-K-Tri © Cyril Durand.
Actualités

Ferrals-des-Corbières : une nuit dans le musée le plus barré du département

Le Spi-K-Tri street art universe propose un demi-tarif à l'o ...
Olivia Ruiz allume le chaudron à Carcassonne, jeudi 16 mai 2024 © Paris 2024 / Guillaume Ruchaud / SIPA PRESS.
Actualités

Aude : la flamme olympique embrase le département sur son passage

Le département a accueilli, ce jeudi 16 mai, la flamme olymp ...
Actualités

Carcassonne : le chemin de ronde de la Cité médiévale bientôt accessible au public

Les visiteurs pourront faire le tour complet de la Cité médi ...
Parcours de la flamme olympique à Carcassonne jeudi 16 mai © DR.
Actualités

Carcassonne : circulation et stationnement perturbés sur le parcours de la flamme

La flamme olympique parcourra l'Aude suivant un itinéraire a ...