La France accusée par la Corée du Nord de « provocation militaire manifeste »

access_time Publié le 07/04/2022.

Dans le contexte géopolitique actuel, les mots peuvent être lourds de sens et avoir une portée particulièrement accrue. La présence d’un navire militaire français en mer de Corée pour faire surveiller l’application de sanctions internationales envers la Corée du Nord a vivement fait réagir Pyongyang.

Le ton est donné par le ministre des Affaires étrangères nord-coréen Ri Son-gwon qui accuse la France de « porter atteinte à sa souveraineté » en agissant en tant que « partenaire des Etats-Unis ». Une situation très sensible qui trouve un écho particulier à l’heure où l’Ukraine subit de plein fouet l’invasion russe. Sans aller jusqu’à la perspective d’un conflit armé, les zones maritimes asiatiques constituent aujourd’hui des points de friction de plus en plus fréquents.

Ce n’est pas la première fois que la frégate Vendémiaire (ph. Wikimédia) s’attire les foudres de puissances asiatiques. En avril 2019, c’est la Chine qui avait officiellement émis une protestation après le passage du bâtiment français dans le détroit de Taïwan. Région revendiquée depuis la fin de la guerre civile chinoise au début des années 50, ces eaux territoriales sont depuis un lieu de cristallisation des tensions internationales.

La France de son côté a justifié la présence du navire dans le cadre d’opérations de surveillance menées par la Cellule de coordination de la lutte contre la fraude (ECC) du Conseil de sécurité des Nations unies. La Corée du Nord est accusée depuis des années de contourner les sanctions imposées par l’ONU par le biais de transferts illicites de navire à navire.

Les tensions entre Nord et Sud exacerbées ces dernières semaines

Grande habituée des déclarations belliqueuses et menaçantes sur la scène internationale, notamment à l’égard des Etats-Unis ou de sa voisine du Sud, c’est cette fois cette dernière qui a haussé le ton par le biais de son ministre de la Défense Suh Wook, indiquant que « Séoul disposait d’un éventail de missiles pouvant atteindre rapidement et avec précision toute cible nord-coréenne ».

Des propos qui n’ont pas manqué de faire réagir du côté de Pyongyang, où Kim Yo-jong, la sœur de Kim Jong-un qui s’affirme de plus en plus comme une figure principale du régime nord-coréen, s’est exprimé en qualifiant de « très grosse erreur » des mots prononcés par « un fou ».

Elle a ainsi rappelé que les armes nord-coréennes pouvaient « éliminer les forces armées de l’ennemi lors d’une frappe » et que ces dernières connaîtraient « destin misérable qui n’est rien d’autre que la destruction totale et la ruine ».

Actualités

La baguette française intègre (enfin) le patrimoine mondial de l’Unesco !

La baguette traditionnelle française a été officiellement in ...
Actualités

L’année 2022 est la plus chaude jamais enregistrée

Alors que décembre n’est pas encore arrivé, les prévis ...
Actualités

Les actualités en bref de la semaine

SociétéLe Parc naturel régional de la Narbonnaise en Méditer ...
Actualités

In and Out et le Chiffre de la semaine

In : à Leucate, un nouveau quartier va voir le jour L’ambiti ...