Fitou : le Champ des sœurs expérimente une diversification avec l’aloé véra

access_time Publié le 07/06/2023.

Le réchauffement climatique a des répercussions sur les cultures. Il fait de plus en plus chaud et certaines d’entre elles montrent des difficultés à pousser dans les meilleures conditions. Installés au domaine viticole Champ des Sœurs, à Fitou, Marie et Laurent Meynadier, ont décidé de faire le pari de la diversification en cultivant l’aloé véra en parallèle de la vigne dont la production de vin reste leur principale activité 

A Fitou, la culture de la vigne, s’est développée dès les Phéniciens. C’est donc naturellement que le village de Fitou a donné, dès 1948, son nom à celle qui est aujourd’hui la plus ancienne Appellation d’Origine Contrôlée du Languedoc Roussillon. Le Champ Des Sœurs est une exploitation familiale dont les origines remontent au 17e siècle (13e génération de vigneron). Les vignes dominent la mer et les étangs, et bénéficient, en plus d’une vue imprenable, de la fraîcheur et de l’humidité des brises marines. Mais Fitou figure parmi les villages les plus secs de France.

Heureusement, la nature, qui fait bien les choses, permet à la plante d’absorber la rosée condensée sur les feuilles. Cependant, le réchauffement climatique contraint bon nombre de viticulteurs à réfléchir à des cultures de complément en parallèle à celle de la vigne. C’est ce qu’ont fait Marie et Laurent Meynadier. Ils ont dû trouver des solutions et des partenaires comme l’Agence de l’Eau et la Chambre d’Agriculture pour tester des plantes dédiées à ce nouveau défi. L’aloé véra est sorti gagnant de ce programme.

Aujourd’hui le Champ des Soeurs se diversifie avec l’aloé véra en plein champ. En parallèle Marie et Laurent Meynadier expérimentent l’agroforesterie en restant sur des essences méditerranéennes. « Nous utilisons également le paillage avec du Bois Raméal Fragmenté (BRF) pour régénérer les sols, maintenir l’eau accessible à la plante mais aussi pour favoriser la vie du sol » soulignent Marie et Laurent Meyndier qui poursuivent : « Nous cueillons les raisins et les aloé véra de nos mains. »

« C’est un travail d’équipe, le travail d’une vie, la vie d’un couple. Nous souhaitons créer, avec l’aloé véra et d’autres agriculteurs, une filière régionale en Occitanie. Aujourd’hui, nous revoyons notre manière de travailler. Nous réfléchissons. Nous partageons nos connaissances. Nous investissons et parions sur l’avenir. C’est parfois complexe, mais ce n’est pas contradictoire pour nous ».

Un binôme avant tout

Le domaine du Champ des Soeurs s’étend sur 10 ha de vignes ; 9,5 ha de champs et 5 000 m2 d’aloé véra en agroforesterie. Les blancs, muscat et roussanne, minoritaires sur le domaine, sont particulièrement originaux. La vigne de muscat borde les étangs. Les raisins sont récoltés très tôt, en 2022, c’était le 25 juillet, et donne naissance à une cuvée très aromatique qui produit « Les Pépettes Blanc ». Les vins blancs de macération, dits « vins oranges » sont aussi une autre spécialité du domaine.

Et Laurent Meynadierde préciser : « Toutefois, nous cultivons essentiellement des cépages rouges : carignan, grenache, mourvèdre et un peu de syrah. Les parcelles les plus jeunes nous servent à élaborer « les Pépettes », des vins légers et fruités. Le plus souvent ce vin titre moins de 12°5 d’alcool. Toutes nos parcelles sont disséminées sur le village de Fitou, aussi bien à 200 m d’altitude qu’au bord de la mer, à proximité des étangs. »

« Cet environnement est vraiment exceptionnel, nous en sommes conscients, et nos vins l’expriment aussi, avec un supplément de gourmandise et de plaisir. La totalité du domaine n’est pas encore certifié en agriculture biologique. Les parcelles récemment acquises, que nous vinifions en rouge, ne peuvent pas revendiquer, pour l’instant, le logo AB sur l’étiquette. Il faudra attendre. Tous nos raisins sont récoltés à la main, en caissettes, et vinifiés, le plus souvent, sans sulfites et avec les levures indigènes. »

Le Champ des Soeurs, c’est avant tout Marie et Laurent, un couple, et un binôme au travail. Marie est œnologue et professeure de viticulture à Narbonne. Elle vinifie, élève les vins et s’occupe de toutes les tâches administratives. Laurent travaille les vignes et les entretient. Autour d’eux, l’effectif du domaine compte plusieurs personnes, dont Christian qui vinifie avec Marie et aide Laurent dans les vignes.

Marie et Laurent Meynadier expliquent : « Au Champ des Soeurs nous ne sous-traitons pas notre travail. De la taille aux vendanges, qui sont toujours manuelles et artisanales, nous assumons tous les gestes. Aujourd’hui, le domaine est en pleine mutation avec l’aolévéra, l’agroforesterieet d’autres plantes qui supportent le réchauffement climatique. Cela ne signifie pas que nous abandonnons la vigne ou nos racines ».

« Nous nous diversifions en restant fidèles à nos terroirs tout en allant naturellement de l’avant. Pour l’instant, l’aloé véra est minoritaire, sur notre domaine. Il se cultive très bien en agriculture biologique. Nous plantons autour de lui des arbres, pour le bien de cette plante mais aussi pour le bien de tous ».

Retrouvez tous nos articles sur l’actualité, ainsi que notre page Facebook.

Le village de Durban-Corbières DR.
Actualités

Durban-Corbières : les habitants privés d’eau entre 21 h et 6 h

Les habitants doivent se passer d’eau courante pour cause de ...
Sécheresse- Montpellier - 2024 - ©Mathis Brachet-23.jpg
Actualités

Aude, sécheresse : les mesures de restriction une nouvelle fois renforcées

Un nouvel arrêté préfectoral en date du 19 juillet vient ren ...
illustration étourneaux © DR.
Actualités

Narbonne : campagne d’effarouchement des étourneaux du 22 au 26 juillet

La Ville va utiliser, de lundi 22 au vendredi 26 juillet inc ...
Photo : nettoyage de la coque d'un bateau dans le port de Leucate © Valentine Chapuis / Agence France-Presse.
Actualités

Leucate : recyclage de l’eau et désalinisation, le port s’adapte à la sécheresse

Les plaisanciers ont obtenu le droit, malgré la sécheresse, ...