Guerre en Ukraine : les pertes russes auraient dépassé le cap des 80 000

access_time Publié le 11/08/2022.

Morts ou blessés, une seule chose est sûre, la Russie est également en train de payer un lourd tribut dans son « opération militaire spéciale ».

La guerre reste la guerre, qu’elle soit hybride, moderne ou totale, quels que soient les qualificatifs utilisés, qu’elle soit nommée « opération militaire spéciale » ou non n’y change au final pas grand chose. Les bombes ou autres projectiles n’épargnent eux personne et ne font aucune distinction. Ainsi, selon les services de renseignements américains, la barre symbolique des 80 000 soldats russes inaptes au combat (tués ou blessés, ndlr, ph. pxhere) a été atteinte en six mois de conflit.

A titre de comparaison la guerre du Viêt Nam, véritable bourbier historique pour les Etats-Unis qui avait duré près de 20 ans, avait coûté la vie à plus de 58 000 soldats américains. Dans un passé pas si éloigné, l’invasion soviétique de l’Afghanistan en 1979 avait causé la mort de 26 000 Soviétiques. Un conflit qui avait duré là aussi une dizaine d’années.

Des chiffres qui illustrent la violence de combats bien réels malgré la propagande russe et le filtrage des informations mené par le Kremlin. A noter que le dernier décompte des victimes publié par les autorités russes remonte au 25 mars dernier et ne faisait état « que » de 1351 décès parmi ses troupes. Des données qui depuis n’ont plus été mises officiellement à jour, l’état russe ne communiquant plus sur le sujet.

Les données américaines quant à elles proviennent du Pentagone, des estimations jugées crédibles par de nombreux analystes. Il faut également ajouter à cela plus de 4 000 véhicules blindés détruits. En parallèle, les experts estiment que les Russes pourraient souffrir d’un manque de missiles guidés de précision.

La centrale de Zaporijia, source de toutes les tensions

Du côté de la ville de Zaporijia où se situe la plus grande centrale nucléaire d’Europe, les tensions sont à leur paroxysme, alors que les Russes ont militarisé la zone. En effet, y sont abrités plus de 500 soldats avec tanks et véhicules blindés, des munitions y sont également stockées. Une situation qui fait craindre le pire en cas d’explosions, alors que des tirs d’artillerie russe ont été détectés.

Du côté russe en revanche, on accuse les forces ukrainiennes d’avoir procédé à des bombardements sur la zone. A noter que la centrale est en passe d’être débranchée du réseau électrique ukrainien pour être raccordé au réseau russe, notamment de Crimée. Une situation qui inquiète de nombreux observateurs mais aussi le président ukrainien Zelensky qui n’a pas hésité à évoquer la catastrophe de Tchernobyl.

A ce titre, la centrale de Zaporojia compte six réacteurs nucléaires, contre un seul pour Tchernobyl. Ce qui laisse présager de l’ampleur d’une catastrophe éventuelle sur le site. Ainsi, ce mardi, une attaque à proximité de la centrale avait encore été constaté. Notamment un tir russe au lance-roquettes sur la ville voisine de Marhanets avait causé la mort de 13 civils.

Actualités

Le Kremlin officialise l’annexion des territoires ukrainiens occupés

Le conflit en Ukraine risque prochainement de prendre une to ...
Actualités

Narbonnais : un dispositif de réutilisation des eaux usées inauguré dans la Clape

L’irrigation au goutte-à-goutte de 81 hectares de vignes à p ...
Actualités

Markethon de l’emploi : à la rencontre de Christiane, Fatima et Tony

A l’occasion du Markethon de l’emploi organisé d ...
Actualités

Les Grands Buffets soutiennent le pouvoir d’achat… et augmentent leurs tarifs

Les Grands Buffets, par l’intermédiaire de leur créate ...