1er Mai : Fête du Télétravail

access_time Publié le 30/04/2020.

C’est une journée du 1er mai bien particulière cette année. Une fête où l’on célèbre le travail, au sein d’une société où l’activité économique est à l’arrêt.

C’est une journée du 1er mai bien particulière cette année. Une fête où l’on célèbre le travail, au sein d’une société où l’activité économique est à l’arrêt. Si le Covid-19 continue de sévir, le déconfinement à venir, à partir du 11 mai prochain, s’annonce comme un soulagement pour beaucoup.

Possibilité d’acheter du muguet sous certaines conditions

Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture, l’avait annoncé dès mardi dernier, la préfecture de l’Aude l’a rappelé par communiqué : « en raison de la crise sanitaire du Covid-19 et dans le cadre du respect du décret du 23 mars 2020 modifié, la vente du muguet sur la voie publique, traditionnellement tolérée et pouvant être encadrée par un arrêté municipal sera strictement interdite cette année ».

Une interdiction justifiée par le fait que « cette activité n’entre pas dans le cadre de celles autorisées dans le décret précité et le contrevenant s’expose notamment à une amende de 135 €. Les services de police et de gendarmerie seront mobilisés pour s’assurer du respect de cette interdiction ».
Cependant, il reste possible d’acheter du muguet chez les fleuristes. Attention cependant, car le décret du 23 mars n’autorise pas à accueillir du public dans les magasins. Ces professionnels pourront en revanche «proposer du muguet à la vente, uniquement dans le cadre de leur activité de livraison et de retrait de commande en mode «drive» et dans le respect de l’application des mesures barrières ».

La préfète de l’Aude Sophie Elizéon saisissait ce sujet pour rappeler que « faire ses courses ne peut pas être synonyme de rassemblement en trop grande proximité comme cela a été constaté ce week-end sur certains marchés, ou grandes surfaces, et que le respect des gestes barrières et de distanciation sociale sont les meilleures mesures de protection collective contre le Covid-19 ».

Des évolutions du chômage partiel à partir de cette date

De nombreux salariés, aujourd’hui en arrêt de travail, vont désormais être inscrits au chômage partiel. Motif invoqué par le gouvernement : éviter une réduction de leur indemnisation à 66% du salaire après 30 jours d’arrêt. Dans les faits, pour de nombreuses personnes, cette décision va se traduire par une diminution de la rémunération.

Vous serez donc indemnisé à hauteur de 84% de votre salaire net (100% pour les personnes rémunérées au Smic et si votre convention collective va au-delà de ce plafond), dans le cadre du chômage partiel, ce qui représente une perte de 16% de leur rémunération nette. « Cette indemnité sera versée au salarié à l’échéance normale de paie par l’entreprise, qui se fera intégralement rembourser par l’Etat dans les mêmes conditions que le reste de l’activité partielle » précisait l’exécutif.

Ainsi, le 1er mai, son muguet et ses traditionnelles manifestations syndicales seront certainement moins nombreux qu’à l’accoutumée. Mais si certains à travers tout le pays appellent à manifester à travers fenêtres et balcons, il faudra cependant attendre avant de se faire offrir son brin de muguet cette année.

Économie

Maneke de Jonge fait le point sur la location de gîtes et l’impact du Covid

Quel impact aura la crise du Covid sur le tourisme et notamm ...
Économie

L’entrepreneuriat en France marque un coup d’arrêt pendant le confinement

Dans le contexte de l’épidémie de Covid-19, le Conseil natio ...
Actualité locale

Des vacances pour les héros du Covid

Sur une idée du maire de Vinassan Didier Aldebert, l’opérati ...