Une rue, une histoire : le Square Gambetta à Carcassonne

access_time Publié le 05/05/2022.

Dans notre rubrique consacrée aux personnalités ayant laissé leur nom dans l’Histoire de France, nous nous intéressons cette semaine à ce fameux « Gambetta ». Mais qui était-il et que savez-vous de lui ?

Au fil de nos pérégrinations, nous nous sommes retrouvés en plein cœur de la préfecture audoise, sur le fameux Square Gambetta. Ainsi, si ce nom parle à beaucoup de monde, qu’en est-il réellement de son histoire ?

Léon Gambetta fut un homme politique majeur de la fin du 19e siècle. Fervent républicain, il a grandement contribué à la création de la IIIème République, après la débâcle du Second Empire et de Napoléon III, dans la guerre qui opposera la France à la Prusse de Bismarck et ses alliés germaniques.

Gambetta proclame la IIIe République

Le 4 septembre 1870 marquera l’un de ses faits de gloire majeurs : c’est lui-même qui proclame la IIIe République, après la capitulation de l’empereur, capturé à l’issue de la bataille de Sedan, le 2 septembre.

Gambetta et Jules Favre joueront ainsi un rôle essentiel dans l’organisation du nouveau gouvernement de Défense Nationale. Le général Louis Jules Trochu assumera la présidence de ce nouveau gouvernement autoproclamé.

Un gouvernement qui sera composé notamment de Léon Gambetta ministre de l’Intérieur, Jules Favre aux Affaires étrangères, ainsi que Jules Ferry comme secrétaire du gouvernement.

Alors que les Allemands progressent et mettent le siège devant Paris, le gouvernement resté dans la capitale envoie Léon Gambetta à Tours, nouvellement nommé ministre de la Guerre, pour organiser de nouvelles armées.

Léon Gambetta (photographie Etienne Carjat).

Mais la lutte sera de courte durée, la situation empire sur Paris, alors que les assiégés perdent progressivement confiance envers leur gouvernement. L’échec dans la tentative de briser le siège, conjugué à l’envoi d’Adolphe Thiers pour négocier avec Bismarck, abrègeront une guerre qui s’avère désastreuse.

Le 28 janvier 1871 sera offerte la reddition de la capitale et la convention d’armistice à Bismarck. Le 6 février, Gambetta, favorable à la poursuite de la lutte, démissionnera de ses prérogatives. Epuisé et démoralisé, il se retirera quelques temps en Espagne d’où il suivra les événements de la Commune.

De retour en juin de la même année, il œuvrera par la suite contre le péril d’une restauration monarchiste en France, et deviendra la figure nationale des idéaux républicains.

Gambetta président du Conseil

Des années plus tard, la nouvelle république est empêtrée dans des crises à répétition, dont l’Affaire tunisienne qui verra le gouvernement Ferry tomber en 1881. Gambetta sera alors rappelé aux affaires. Nommé président du Conseil (équivalent aujourd’hui de Premier ministre), Gambetta jouit toujours d’un certain prestige de par l’importance de son rôle au sein de l’opposition républicaine.

Il réformera en profondeur l’administration, réorganisant notamment les ministères. Il décédera peu de temps après, à l’âge de 44 ans, le 31 décembre 1882 d’un cancer de l’intestin ou de l’estomac.

Culture & loisirs

Jean Scandel, de « L’Ecole buissonnière » au festival Les Enfants au Cinéma

Brillant jeune comédien dans L’Ecole buissonnière, Jean Scan ...
Culture & loisirs

Les zombies envahissent Carcassonne !

Apocalypse Z revient pour un événement grandeur nature uniqu ...
Culture & loisirs

Le Canal du Midi, seul canal français inscrit à l’Unesco

Trait d’union entre l’Atlantique et la Méditerranée, le Cana ...
Culture & loisirs

Balles de match : le troisième volet des aventures de Brendan Murphy

Eric Marty, romancier narbonnais, vient de publier son trois ...