Rustiques : des Australiens au chevet de l’église

access_time Publié le 12/06/2020.

Féru d’histoire, Ash Cadogan-Cowper est tombé amoureux de ce petit village de l’Aude. Au point de tout mettre en oeuvre, avec Geoff son père, pour rénover les vitraux de l’église.

Il raconte son attachement à Rustiques.

Où habitez-vous en Australie ?
Je vis dans la capitale de l’Australie – Canberra, alors que mon père vit maintenant à environ 800 kilomètres sur l’île de Tasmanie.

Comment vous êtes-vous retrouvé à Rustiques ?
Dans les années 90, j’ai vécu et travaillé à Londres pendant quelques années et je me rendais régulièrement en France pour explorer ce beau pays. Lors d’un de mes voyages, j’ai découvert l’Aude et je me suis tout de suite senti chez moi … comme si j’y appartenais. J’ai décidé à ce moment-là que j’achèterais une maison là-bas. Quelques années plus tard, je l’ai fait après avoir trouvé et être tombé amoureux de Rustiques.

Avez-vous été bien accueilli ?
Depuis la première fois que j’ai visité le village, les habitants ont toujours été incroyablement chaleureux et accueillants pour moi, ma famille et nos amis. Au fil des ans, nous avons noué de nombreuses amitiés et aimons passer du temps avec eux. Beaucoup de vin rouge a été bu et de beaux repas ont été partagés avec des amis du village. Nous restons en contact et lorsque je suis de retour en Australie, et j’ai toujours hâte de revenir à Rustiques pour reprendre nos conversations là où elles se sont arrêtées.


«Partager notre amour pour Rustiques»

Rustiques est désormais une petite enclave australienne ?
Il est difficile de croire que nous sommes une petite partie du village depuis une dizaine d’années. Au cours de ces années, nous avons aimé partager notre amour pour Rustiques, de la région et du pays avec nos amis et notre famille d’Australie (et d’autres pays). Beaucoup sont venus et sont restés avec nous, et ont tellement apprécié leur séjour, qu’ils sont ensuite revenus pour s’installer de façon indépendante dans le village. Deux de nos amis proches (Paul et Kim) ont maintenant acheté et ils rénovent une maison à Rustiques. D’autres amis ont également parlé d’acheter une maison dans le village. Donc je pense que c’est vrai qu’une petite enclave australienne se développe ici !

Pourquoi vous êtes-vous attaché à l’église ?
Mon père et moi avons un grand amour pour l’histoire et il était donc naturel que nous nous intéressions à l’église. Cet intérêt est devenu encore plus fort plus à chaque visite de l’église et à l’exploration de son histoire fascinante. Cela nous a amenés à formuler l’idée que nous pourrions aider à réparer ses beaux vitraux.

Est-il vrai qu’il existe une cagnotte pour l’église au lieu d’un loyer quand vous cédez votre maison ?
Nous ne facturons aucun loyer pour que notre famille et nos amis utilisent la maison, mais nous les encourageons à faire la promenade historique avec Tinus à travers le village et à donner de l’argent au musée local et (ou) à contribuer à notre collecte pour la rénovation des vitraux de l’église.

«Mon père est le talent de ce projet»

Comment comptez-vous restaurer les vitraux de l’église ?
Nous rénoverons les vitraux une à la fois, au cours de plusieurs visites à Rustiques. Ils seront enlevés par les ouvriers du village et rénovés dans un atelier qui nous a été fourni par le maire M.Ruffel. Nous espérons que la première visite aura lieu dès septembre de cette année, si les restrictions de voyage liées au Covid sont levées à temps. Mon père sera assisté par un verrier local M.Gattegno et il espère également transmettre son savoir-faire aux habitants du village qui souhaiteront peut-être participer. Votre père Géoff joue un rôle très actif dans ce projet. Il est même le «talent»de ce projet. Il est le verrier qui réalisera la majeure partie du travail, tandis que j’assure le financement et la coordination du projet. Mon père a l’intention de vivre dans le village pendant un certain nombre de mois pour entreprendre le travail, tandis que je ferai quelques allers-retours depuis l’Australie pendant cette période.

Quels seront les motifs des vitraux ?
Ils seront rénovés de façon sympathique pour conserver autant de matériaux d’origine que possible. Toutes les décisions de rénovation seront prises en concertation avec le village.

Quel est la réaction des gens de Rustiques vis-à-vis de votre projet ?
Les habitants de Rustiques sont très positifs et enthousiastes. Il y a eu de la curiosité sur la façon dont le travail se déroulera et certains proposent d’être impliqués et d’aider. Le maire et les membres du conseil municipal ont également été très engagés et utiles pour aider à lancer le projet.

«L’occasion de rendre au village quelque chose»

Financièrement, est-ce difficile ? Attendez-vous des aides ?
Nous-mêmes et nos amis et famille qui ont visité le village finançons les travaux et le matériel. Pour nous tous, c’est l’occasion de «rendre» au village quelque chose qui nous a été si agréable au fil des ans. C’est une petite chose que nous pouvons faire pour rembourser l’amitié et la bonne volonté que nous avons tous reçues à Rustiques.

La pandémie a-t-elle bloqué le projet ?
Elle a retardé le début des travaux, car nous espérions commencer au début du mois de juin. Cependant, nous espérons, si Dieu le veut, entamer les travaux en septembre.


Parlez-vous de Tinus, l’historien local avec qui vous avez des relations privilégiées.

Tinus et sa femme Veva, ont été les premières personnes que nous avons rencontrées dans le village et ils nous ont accueillis dans leur maison. Ils font comme si nous étions une famille. Nous partageons de nombreux intérêts communs et sommes des âmes sœurs dans notre amour de l’histoire du village et du village lui-même. Avec mon terrible français (qui, je l’espère, s’améliore lentement), il aurait été beaucoup plus difficile de s’installer et de s’impliquer dans la vie du village sans l’aide et les conseils de Tinus et Veva. Ils se sont également beaucoup intéressés à ce projet et travailleront avec nous pour le réaliser.

Envisagez-vous, un peu plus tard, de vous installer définitivement
à Rustiques ?

Quand j’ai rêvé pour la première fois dans les années 90 d’acheter une maison dans l’Aude, cela me semblait inaccessible. Mais au fil des années, ce rêve est devenu réalité et je prévois maintenant qu’à ma retraite, je vivrai la moitié de l’année en France et la moitié de l’année en Australie. J’aurai été vraiment béni.

Culture & loisirs

« Lauso la mare e tente’n terro »

La Ville de Narbonne et le Parc naturel régional de la Narbo ...
Culture & loisirs

Entretien avec Gaëtan PETIT qui vient de co-signer « Narbonne, des Elysiques au Prince noir »

Gaétan Petit à une double casquette. Dans la «vraie» vie, il ...
Culture & loisirs

LOTO DU PATRIMOINE : l’abbaye Sainte-Marie de Lagrasse sélectionnée

Seul représentant d’Occitanie parmi les 18 sites retenus par ...
Culture & loisirs

«Game Over» est le tout premier roman du Sallèlois Jean-Michel Nollevaux.

Ce photographe, ancien gendarme et également passionné d’inf ...