Protéger la mer en amont

access_time Publié le 20/01/2020.

La Ville de Narbonne a ajouté un message d’alerte devant les grilles d’évacuation des eaux pluviales. Comme un appel à une prise de conscience. On peut sauver la mer par des gestes simples réalisés en ville. Pour peu qu’on perde les mauvaises habitudes. C’est ce qu’on appelle désormais l’éco-citoyenneté.

«Quand je vois qu’on continue à jeter nos mégots par terre… Est-ce que notre société est prête à des grands changements ?» Au moment de claquer la porte du gouvernement, Nicolas Hulot s’était interrogé de la sorte. Pas facile, en effet, de changer les habitudes. Surtout les mauvaises qui font la part belle à la négligence. À Narbonne comme ailleurs, quelques établissements (bars, restaurants) ont fait installer des cendriers extérieurs, notamment depuis qu’il est interdit de fumer dans les locaux. Est-ce pour autant suffisant ? Non si l’on en croit la statistique suivante.

«Il faut couper le robinet»

Pas moins de 30 milliards de mégots, imbibés de substances chimiques, sont jetés au sol chaque année en France. Un chiffre qui fait peur. Le cheminement aussi. En cas de fortes pluies, le mégot – qui va mettre quinze ans à se dégrader – peut aussi passer du réseau des eaux usées à celui des eaux pluviales, se rendant ainsi tout droit dans un ruisseau.
Et une fois dans un cours d’eau, plus rien ne va l’arrêter, jusqu’à sa destination finale : la mer. «Les déchets doivent s’éloigner le moins possible de leur point de départ. Comme il est quasiment impossible de nettoyer les océans, alors il faut couper le robinet», avertit Antoine Bruge de la Surfrider Foundation.
Troisième source de déchets les plus polluants
C’est ce qu’a souhaité faire la Ville de Narbonne, à l’instar d’autres communes, avec ces messages explicites apposés aux quatre coins de la cité. On peut lire : «Jeter ici, c’est polluer la mer.» Le but est d’inciter les usagers à jeter moins de déchets dans les grilles d’évacuation des eaux pluviales. Nos modes de vie urbains peuvent malgré tout participer à la pollution des océans !
En effet, un seul mégot de cigarette serait capable de polluer jusqu’à 500 litres d’eau. À lui seul, il contient 4000 substances toxiques. Un mégot dans un aquarium équivaut au bout de quelques heures à la mort de la moitié des poissons ! Pour se convaincre de l’utilité d’un changement des comportements, il faut savoir que les mégots constituent la troisième source de déchets les plus polluants en mer.

Actualité locale

Un centre COVID pour améliorer l’accompagnement médical de l’épidémie de coronavirus sur le territoire narbonnais

Comme dans 140 villes ou villages en Occitanie, un centre CO ...
Actualité locale

On en parle …

IN le CIDFF toujours mobilisé pour venir en aide aux victime ...
Actualité locale

Attentats de Carcassonne et Trèbes : deux ans déjà ont passé

Si l’instruction de l’enquête suit toujours son cours, voici ...
Actualité locale

La solidarité n’est pas confinée à Carcassonne

Le Centre d’Accueil de nuit situé au quartier Patte d’Oie re ...