Premières restrictions d’eau dans le département de l’Aude

access_time Publié le 13/08/2020.

Face aux températures actuelles, la préfecture de l’Aude a pris la décision de mettre en place les première mesures de restriction d’eau.

Une situation qui incite à la prudence au niveau de la consommation de l’eau, certains endroits du département n’ayant pas connu de pluie depuis près de quatre mois…

11 mai : date de la dernière pluie sur certaines zones audoises

Les premières mesures de restrictions d’eau concernent le bassin versant de l’Hers-Mort. En effet, la préfecture vient de placer en vigilance les secteurs de l’Argent Double et de la Cesse (Minervois et Est du département), et en alerte le bassin-versant de l’Hers-Mort au nord-ouest du département.
Ainsi, depuis maintenant trois mois, la pluie se fait bien trop rare dans l’Aude. En conséquence, les sols sont à sec et les réserves en eau diminuent.

Décision a donc été prise de restreindre tout ce qui est remplissage de piscines, arrosage de plantes. Les lavages de voitures peuvent être faits mais uniquement chez les professionnels. Ainsi, l’arrosage des jardins et des espaces verts n’est permis que de 6h à 9h puis de 19h à 22h. L’arrosage des stades et espaces sportifs de toute nature n’est permis qu’après 19 h et jusqu’au lendemain 8h. Avec le retour des fortes chaleurs, la situation des cours d’eau devrait être scrutée par les professionnels et de nouvelles mesures de restrictions pourraient être appliquées.

L’Aude plus touchée que les autres départements


Ainsi, dans ces secteurs, la consommation en eau est désormais limitée pour les habitants. L’objectif : préserver les cours d’eau. Les professionnels sont également soumis à ces restrictions. Les agriculteurs sont les premiers à en subir les conséquences.

Sophie Maniago est éleveuse.
Propriétaire de 90 vaches, chacune d’entre elle a besoin de 60 litres d’eau par jour. En tout, elle va devoir dépenser 15 000 euros pour compenser les pertes, puisque les restrictions sont imposées jusqu’en octobre. «On est sur le point d’abreuvement du troupeau qui est alimenté habituellement sur notre réserve d’eau et qui est réalimenté par l’eau de pluie. La sécheresse a mis à sec notre réserve. On se branche donc sur le réseau pour assurer l’alimentation en eau des animaux ce qui fait un coût économique supplémentaire. »

L’Hérault est également concerné par la sécheresse, mais à moindre niveau. Les affluents de l’Orb (Mare, Graveson, Jaur, Vernazobres…) et de la partie héraultaise du bassin-versant du Vidourle ont été placés en vigilance. Du côté du Gard et de la Lozère les préfectures appellent également à la vigilance. Une situation qui risque de durer, au vu du mercure qui devrait rester élevé jusqu’à la semaine prochaine au minimum.

Actualité locale

On en parle …

IN Un vestige de notre passé en cours de rénovation Entre Cu ...
Actualité locale

Face à la Covid-19 dans l’Aude , un air de déjà-vu

Face à une recrudescence de cas liés au coronavirus, le pass ...
Actualité locale

On en parle …

IN Les apéros solidaires des 27, 28 et 29 août ont permis de ...
Actualité locale

Un Narbonnais dans l’enfer de Manhattan

Nous sommes le 11 septembre. Il y a dix-neuf ans jour pour j ...