Lumière sur : Zélie Pech, Alek Atelier

access_time Publié le 27/08/2021.

Rencontre avec Zélie Pech, jeune sellière artisane d’art au parcours atypique, défenseure d’un savoir-faire traditionnel ancestral, installée à Narbonne.

Fiche technique :

Nom / prénom, âge :
Pech Zélie, 24 ans.

Entreprise, secteur d’activité :
Alek Atelier, sellerie / artisanat d’art / création d’objets et accessoires en cuir.

Pouvez-vous nous résumer votre parcours professionnel ?

J’ai obtenu mon diplôme de sellier-harnacheur en 2016, au sein de la prestigieuse école du Haras National du Pin, en Normandie. Considéré comme le Versailles du cheval, c’est un lieu chargé d’histoire qui fut créé en 1665 par Louis XIV. Je suis formé aux règles et techniques justes d’un savoir-faire unique et traditionnel.

J’enchaîne la même année avec un CDI au poste de sellier-maroquinier pour la maison Hermès Sellier, aux ateliers de La Pyramide à Pantin, sur Paris. Dans la confection intégrale à la main de sacs emblématiques. Jusqu’en 2018.

Ensuite, j’obtiens un CDI au poste de sellier-harnacheur pour la maison Pujolas Sellier, créée en 1795 à Nîmes. Cette fois dans la confection intégrale de selles haut de gamme camarguaises et anglaises et de tout l’équipement du cheval.

L’attirance pour le cuir m’est parvenue à travers la passion que je lie depuis l’âge de 4 ans avec le cheval. Dès mon adolescence de 13 à 16 ans, je pars en sport-étude équitation, durant ces années une forte relation est née avec Alek, mon cheval.

Je décide ensuite d’apprendre ce savoir-faire de sellier harnacheur, pour lier passionnément le cheval et le travail manuel sur des matières issues de la nature. Mes mains ont alors rencontré et touché le cuir puis s’y sont exprimées.

J’ai également compris que cette matière offrait de multiples possibilités autant sur les formes que sur les fonctionnalités, ainsi est née mon inspiration autour de l’objet d’art.

Être chef d’entreprise aujourd’hui, qu’est-ce que ça représente ?

Le cadre actuel est de façon générale assez instable, ce qui est important aujourd’hui c’est l’adaptation… Être chef d’entreprise, c’est s’offrir l’opportunité de s’exprimer, c’est un mélange de liberté et de responsabilités, mais aussi la chance de créer et d’être maître de ses actes.  

La Covid 19 a-t-elle eu un impact sur votre activité ?

Le premier confinement a été, pour moi comme pour beaucoup de personnes, une opportunité de prendre du recul et nous a offert des temps précieux de réflexion. C’est alors que j’ai décidé de me lancer et de mettre un terme à mon CDI chez Pujolas Sellier à Nîmes.

Il est évident que la période de crise n’aide pas à prendre son élan. J’ai suivi des formations à la création d’entreprise avec la Chambre des métiers et de l’artisanat ainsi que la Chambre de commerce, au total sept semaines durant lesquelles j’ai pu optimiser la réalisation du projet pour l’adapter au mieux aux circonstances actuelles.

Notamment via la création d’un atelier de production qui peut être visité sur demande, ainsi que la réalisation d’un site internet marchand qui sera mis en ligne en septembre 2021 : www.alek.atelier.com.

J’ai la chance d’être dans un secteur d’activité qui n’est tout de même pas directement impacté par la crise sanitaire, mais je reste concentrée sur mes objectifs et je m’adapte.

Un conseil à donner à un jeune entrepreneur ?

La meilleure façon de ne plus avoir peur, c’est de le faire… Il existe en plus des pépinières d’entreprise qui peuvent nous accueillir autant au sein de leurs bâtiments, que hors mur pour un accompagnement durant plusieurs années.

Il est important de se faire bien accompagner et les organismes sont dynamiques et efficaces. Pour ma part je suis accompagnée par Corinne Renard à la pépinière Eole à Narbonne, où je suis adhérente hors murs, elle m’épaule et me conseille pour avancer sûrement.

Quels sont vos projets/perspectives à moyen/long terme ?

L’objectif est de développer une entreprise qui défend ses valeurs en termes de durabilité et d’authenticité mais aussi d’honnêteté pour le choix des matériaux employés, dont le cuir tanné via un processus végétal respectueux de l’environnement.

Un matériau naturellement durable qui doit être consommé de manière consciente et transmis aux générations futures, tout en mettant à profit un sous-produit du marché alimentaire qui serait autrement gaspillé.

Le respect et la rigueur du savoir-faire authentique, dont le point sellier et les finitions des tranches, qui requièrent une précision extrême dans les détails. La création passe par l’imagination du produit pour s’adapter au mieux au besoin, puis par la fabrication intégrale dont la coupe, les parages, l’assemblage, les coutures et les finitions sont faits à la main.

Je lance actuellement mon site internet e-commerce où tous mes produits sont disponibles à la vente via ma première collection dont vide poche, miroir, ceintures sur mesure et autres accessoires. Des séries limitées et nouveaux produits seront fréquemment proposés.

Les commandes spéciales font aussi partie de mes services. En parallèle, je souhaite me rapprocher des professionnels de la restauration et de l’hôtellerie haut de gamme, pour réaliser sur mesure des accessoires et objets fonctionnels le mieux adapté à leurs besoins, comme ce fût le cas cet été avec le chef Lionel Giraud de la Maison Saint-Crescent, pour qui j’ai réalisé de nombreux accessoires de table en cuir. Ou encore le Château Capitoul où le miroir Alek est en dépôt-vente et où des porte-cartes sont en commande.

A long terme, le but est de se développer sur le territoire français et plus, en alliant la nouveauté et l’authenticité, tout en défendant le savoir-faire et les valeurs fédératrices de l’entreprise. 

Économie

La couveuse d’entreprises Nucléum au soutien des entrepreneurs de demain

La création d’entreprise est parfois un parcours semé ...
Économie

Lumière sur : Yohan Alazet et Lauren Lima, Boilisé

Rencontre avec Yohan Alazet et Lauren Lima, décorateurs d&rs ...
Économie

Le Markethon de l’emploi à Lézignan et Narbonne le 30 septembre prochain

Déjà la 28e édition du Markethon qui aura donc lieu à l&rsqu ...
Économie

Lumière sur : Ariane Rubiella, artisane designer en maroquinerie

Rencontre avec Ariane Rubiella, artisane et designer en maro ...