Lumière sur : Serval Courant, Piplu

access_time Publié le 10/12/2021.

Rencontre avec Serval Courant, au parcours atypique, créateur de son entreprise d’illustrations pour enfants Piplu.

Fiche technique :

Nom / prénom, âge :
Courant Serval, 49 ans.

Entreprise, secteur d’activité :
Piplu, illustrations décoratives pour enfants.

Pouvez-vous résumer votre parcours professionnel ?

Je suis autodidacte, j’ai commencé par me former dans la 3D sur Paris. Après deux ans en indépendant, j’ai ouvert une entreprise de communication dans le domaine du stand évènementiel sur Paris avec quatre autres associés.

Je suis ensuite parti de Paris pour exercer en indépendant sur Annecy, puis Grenoble. En parallèle, j’ai exercé en cogérance une activité de créateur joaillier sur Grenoble.

Après la crise de 2008, j’ai perdu ma clientèle de Paris. Je suis ensuite parti sur Limoges où j’ai essayé de subsister dans le domaine de la 3D, mais cela ne rapportait plus assez pour vivre toute l’année.

J’ai fini par arriver sur Narbonne, où je me suis formé aux logiciels infographiques 2D pour pouvoir créer ce rêve de toujours, l’illustration pour enfant.

Être chef d’entreprise aujourd’hui, qu’est-ce que ça représente ?

Aujourd’hui, après avoir gagné le prix coup de cœur du jury au concours In’Cité 2019/2020, je suis en couveuse en contrat CAPE avec la BGE de Narbonne à la tête de ma petite entreprise.

La Covid-19 a-t-elle eu un impact sur votre activité ?

Oui bien sûr, le concours a été morcelé en plein développement ce qui a cassé la dynamique et l’engouement qui s’était créé autour.

Un conseil à donner à un jeune entrepreneur ?

Si vous avez un rêve, ne perdez pas de temps à vous demander si vous en êtes capable, seule l’action engendre une réaction. Préférez vivre votre rêve que vivre le rêve d’un autre.

Quels sont vos projets/perspectives à moyen/long terme ?

La vie nous réserve toujours son lot de surprises que nous n’avions pas prévues… Des rencontres, des partenariats. Mon projet a déjà beaucoup évolué entre le moment où je l’ai pensé et le moment où je le vis.

Mon premier but est de pouvoir me dégager un salaire, j’aimerais trouver des partenariats pour la fabrication et la distribution de mes illustrations sur différents supports.

D’autres modèles et projets sont en cours, mais pour le moment je suis seul et je navigue à vue, mais dans la confiance.

Alexandre Soulier, 44 ans, dirigeant de Meodex © Cyril Durand.
Économie

Narbonne : Meodex illumine les Photomatons du monde entier

La PME innovante exporte, depuis Narbonne, ses solutions d'é ...
Les lauréats 2024 du concours Open Carca © Agglo de Carcassonne.
Économie

Carcassonne : une belle cuvée de projets éco pour l’Open Carca 2024

Dix candidats ont défendu leurs projets innovants dans ce co ...
Le restaurateur Jean Damblat avec sa famille et son chef Jean Taillefer © DR.
Économie

Jean Damblat décroche le titre de “Maître restaurateur” à Rouffiac-les-Corbières

Son restaurant La P’tite table, déjà labelisée Bistrot de pa ...
Illustration salon de l'emploi
Économie

Narbonne : une quarantaine de postes à pourvoir dans quinze entreprises

L'Agglo organise une mâtinée consacrée à l'emploi, ce mercre ...