Lumière sur : Philippe Le Mener, l’Oustal Padel

access_time Publié le 17/11/2022.

C’est à Carcassonne que nous nous sommes rendus cette semaine pour y faire la connaissance de Philippe Le Mener (à droite), directeur sportif au sein de l’Oustal Padel. Une société qui vient de fêter ses un an d’existence, en développant l’accès à ce nouveau sport très à la mode et qui ne cesse de grandir dans notre département. Rencontre avec un féru de raquettes, qui nous a accueillis dans le restaurant flambant neuf du complexe sportif.

Philippe, quel est votre rôle au sein de L’Oustal Padel ?

Je suis le directeur sportif de l’établissement. Il faut savoir que l’Oustal Padel, c’est à la base une histoire entre quatre copains qui se sont lancés dans le projet. On y retrouve Christophe Esteban, le président de l’association (à gauche sur la photo), Olivier Esteban, Pierre-Henri Frontil et Vincent Sampietro.

Je me suis par la suite greffé au projet, si je peux dire. Aujourd’hui, je dispense des cours et participe entre autres à l’enseignement, la gestion des tournois et le développement du club en général.

Pratiquez-vous le padel depuis longtemps ? Comment décririez-vous ce sport ?

Alors pas exactement. Il faut savoir que j’ai été moniteur de tennis pendant 25 ans. En Bretagne notamment dont je suis originaire. Puis ici depuis mon arrivée en 2002. Cela a été une reconversion on peut dire même si cela reste un sport de raquettes.

L’avantage de ce sport c’est son côté très ludique et convivial. On le pratique toujours en équipe de deux. Il y a très peu de temps morts et on prend un plaisir instantané. Ce sport ne nécessite pas la maîtrise technique du tennis pour être apprécié par exemple.

Il convient également à tous types de public. Si physiquement on se dépense beaucoup et que les règles sont assez semblables à celle du tennis en matière de décompte de points notamment ou du carré de service, c’est un bon défouloir où l’on peut se lâcher sans crainte d’envoyer la balle hors du court.

Sa plus grande différence avec le tennis, cependant, est que les balles peuvent être jouées après rebonds sur les murs ou le grillage. C’est un sport qui est peu traumatisant pour les articulations puisqu’il se joue sur moquette, même s’il est tout aussi dynamique et particulièrement technique à haut niveau.

On sent au sein de ce complexe une ambiance chaleureuse et une certaine convivialité.

Absolument, c’est notre marque de fabrique et celle de tout bon pratiquant de padel je pense. Le bar-restaurant de notre club house témoigne de cette volonté. On a tendance à dire d’ailleurs qu’après la partie de padel, il y a la partie de bières, avec modération évidemment !

C’est pour souligner cet aspect de se sentir bien lorsque les gens sortent du boulot par exemple, entre midi et deux ou en fin d’après-midi. Qu’on s’y sente comme chez soi en développant des liens autour de notre passion pour ce sport.

Combien d’adhérents comptabilisez-vous depuis le début de l’aventure ?

Le chiffre exact pour être honnête, je ne suis pas sûr de l’avoir. Ce que je peux vous dire, pour vous donner un ordre d’idée, c’est qu’on a créé notre propre application Oustal Padel et que l’on compte aujourd’hui plus d’un millier de téléchargements.

Nous comptons 46 jeunes à partir de 5 ans à qui nous dispensons des cours les mercredis après-midis. Je sais qu’on est passé de 8 à 46 inscrits par exemple. Sur des créneaux d’1h30 répartis sur différents courts. Comme je l’ai dit, notre public est très varié. Il y a les néophytes, tout comme ceux qui peuvent venir trois ou quatre fois par semaine.

Des amateurs comme des compétiteurs. On peut pratiquer ce sport à tous les âges, il y a pas mal de quarantenaires ou cinquantenaires, un mélange de profils qui crée une très saine émulation. On aime jouer avec de la musique notamment. Cela participe à l’ambiance globale, c’est un cadre qui plaît et qui incite à y revenir.

Pouvez décrire le complexe dans son intégralité ?

On dispose de quatre terrains couverts et d’un terrain en plein air, avec vestiaires et douches. Le club house dispose d’un bar-restaurant qui lui fêtera son premier anniversaire en décembre. On a un chef cuisinier Romain Charles qui travaille sur le site. Le restaurant est notamment ouvert tous les midis sauf le week-end ainsi que les soirs des mercredis, jeudis et vendredis.

On organise également des compétitions très régulièrement. Trois fois par mois environ. On a eu la chance d’accueillir Maxime Moreau, le n°5 français qui est venu participer. Il a également pris part au championnat du monde au Qatar cette année.

Combien y a-t’il de joueurs de padel dans le département et comment expliquez-vous ce succès ?

Difficile à dire concernant le nombre de joueurs, il y a déjà 500 inscrits dans l’Aude pour ceux qui font de la compétition. Le padel fait parti de la fédération française de tennis mais celle-ci a décidé depuis septembre de séparer les licenciés uniquement padel aux licenciés multi raquettes, probablement pour pouvoir estimer le nombre réel de joueurs de padel.

Le succès de ce sport ? Son accessibilité sûrement. On peut y jouer tout le temps, en toutes saisons, avec des amis de tous niveaux. Pas besoin d’être un grand technicien pour commencer. On se prend très rapidement au jeu ça devient presque addictif !

Infos pratiques : par téléphone au 04 48 49 05 77, l’Oustal Padel est situé 2095 rue François Xavier Fafeur à Carcassonne.

Culture & loisirs

Le Festival de Carcassonne annonce ses premières têtes d’affiche !

L’été 2023 s’annonce déjà beau du côté de Carcas ...
Culture & loisirs

Le Bricobus débarque à Pépieux pour une journée axée sur la rénovation énergétique

Le Bricobus des Compagnons Bâtisseurs sera présent à Pépieux ...
Culture & loisirs

Nos rues ont une histoire : Jules Sauzède

Une rue porte son nom à Carcassonne où il est naît et dont i ...
Culture & loisirs

L’Auberge du Vieux Puits classée (encore) parmi les meilleurs restaurants du monde

Le prestigieux guide Gault&Millau France vient d’a ...