Lumière sur : Céline Maître, Tipeton

access_time Publié le 15/10/2021.

Rencontre avec Céline Maître, créatrice de la boutique en ligne Tipeton, qui commercialise des chaussures souples et « barefoot », idéales pour faire ses premiers pas.

Fiche technique :

Nom / prénom, âge :
Maître Céline, 34 ans.

Entreprise/secteur d’activités :
Tipeton, commerce de chaussures souples / barefoot.

Pouvez-vous résumer votre parcours professionnel ?

Diplômée d’un BTS Electrotechnique, j’ai travaillé dans un centre de recyclage de verre pendant trois ans sur Béziers, puis j’étais technicienne de maintenance sur les parcs éoliens Enerconsur Sigean à partir de 2013. A la naissance de mes enfants, j’ai pris un congé parental pendant quatre ans de 2016 à 2020.

C’est durant cette période, en cherchant des chaussures souples pour mes enfants, que j’ai découvert un nouveau type de chaussage, les chaussures dites « barefoot ». J’en ai découvert les bienfaits et depuis que toute la famille se chausse en barefoot, on ne peut plus revenir en arrière !

J’ai constaté qu’il y avait de la recherche pour ce produit et trop peu d’offres sur le marché français. Une petite graine était plantée dans ma tête, et c’est en poussant la porte de la BGE à l’Iness de Narbonne qu’elle a totalement germé ! Ils m’ont accompagné, soutenu, encouragé dans ce projet.

Ils m’ont permis de monter mon business plan, de faire des formations et une demande de financement, et aujourd’hui de profiter de la pépinière d’entreprise et de tous les avantages que cela implique : un local sécurisé, d’autres entrepreneurs pour échanger, un lieu de rencontre et de formation, se créer un réseau… Etant seule associée de mon entreprise, je suis contente de travailler ici et d’être entourée.

J’ai ouvert une boutique en ligne de chaussures souples et barefoot qui s’appelle Tipeton.com. Des chaussures « barefoot » – qui veut dire pieds nus – sont des chaussures souples, avec une semelle plate et fine, qui nous donnent la sensation de marcher (presque) pieds nus. Et surtout, elles ont une forme anatomique, qui respecte la forme de nos pieds, contrairement aux chaussures conventionnelles qui sont souvent pointues ou avec un bout très arrondi. Je l’explique en détail sur le site.

J’administre deux groupes Facebook sur le sujet depuis trois ans, Chaussons-nous en souple (+ de 8000 membres) et Chaussons-nous en barefoot, pour aider les mamans à trouver de bonnes chaussures pour leurs enfants, mais aussi pour échanger sur le sujet, partager des informations, recenser de nouvelles marques de chaussures, avec mon amie Sandy Joly.

Être chef d’entreprise aujourd’hui, qu’est-ce que ça représente ?

Ma société CESAME EURL est déclarée depuis le 1er juillet, et mon site est en ligne depuis mercredi 22 septembre seulement. Etre chef d’entreprise c’est beaucoup de travail, on doit être multi-casquettes : gérer les stocks et les fournisseurs, la trésorerie, la communication sur les réseaux sociaux, la logistique…  C’est enrichissant ! J’ai l’avantage aujourd’hui de pouvoir gérer mon temps de travail, et c’est vraiment important pour moi, pour pouvoir consacrer du temps à mes enfants, et de travailler sans horaire imposé.

La Covid-19 a-t-elle eu un impact sur votre activité ?

Sans la Covid, je pense que j’aurais bien tenté d’ouvrir une boutique « physique » sur Narbonne. Vu que les magasins étaient fermés, qu’on était soit en confinement ou couvre-feu, j’ai tout de suite enlevé cette idée de ma tête et préféré me lancer uniquement dans le e-commerce. Pour le reste, on s’est adapté à la situation : réunion en visio, appels téléphoniques…

Un conseil à donner à un jeune entrepreneur ?

Je suis moi-même une jeune entrepreneure ! Mais le meilleur conseil que je peux donner pour démarrer, c’est de s’entourer de personnes en qui on a totalement confiance et qui nous soutiennent, qui croient en notre idée. Mon projet ne s’est pas construit seul. J’avais besoin d’une graphiste pour mon logo et ma charte graphique, et la BGE m’a mis en contact avec Ann Picot qui est en couveuse, car Raquel Pires (responsable pole hébergement) connaissait nos personnalités et savait qu’on s’entendrait bien.

C’est toujours à la BGE que l’on m’a conseillé Jérémy Curto de Studio Conseil qui était également en couveuse ici et a déclaré sa société en même temps que moi. Il a monté mon site internet rapidement, se montre toujours disponible pour m’aider et répondre à mes interrogations. Il est un vrai pilier dans la construction de mon entreprise, je ne le remercierai jamais assez pour son travail. Sans eux, et sans le soutien de ma famille, de mes amis et de la BGE, je n’en serais pas là.

Quels sont vos projets/perspectives à moyen/long terme ?

J’espère pouvoir rapidement proposer de nouvelles marques chaussures barefoot pour agrandir mon catalogue, et je garde toujours l’idée d’ouvrir un jour une boutique sur Narbonne pour que les parents puissent venir essayer avec leurs enfants.

Économie

Aude : 68 millions d’euros investis dans la Santé

Des investissements conséquents pour rétablir les finances d ...
Économie

Découvrir les groupements d’employeurs avec la GE Week

Du 6 au 10 décembre, la GE Week permet d’en apprendre ...
Économie

Jérôme Villaret, Pépites du Sud : « il faut répondre aux nouvelles aspirations des touristes »

Ancien délégué général du CIVL, Jérôme Villaret en connaît u ...
Économie

CCI de l’Aude : « cinq jours pour entreprendre »

Du 29 novembre au 3 décembre inclus*, ce seront cinq jours p ...