Lumière sur : Anouck Vila, Uhaina Créations

access_time Publié le 08/07/2021.

Rencontre avec Anouck Vila, jeune entrepreneuse de Leucate, ayant fondé sa marque de prêt-à-porter.

Fiche technique :

Nom / prénom, âge :
Vila Anouck, 27 ans.

Entreprise, secteur d’activité :

Uhaina Créations, prêt-à-porter et accessoires. 

Pouvez-vous nous résumer votre parcours professionnel ?

Après des études dans la mode où j’ai obtenu un master 2 « responsable de collection / directrice artistique » sur Toulouse, je suis partie travailler 3 ans chez Quiksilver à St-Jean-de-Luz. C’est dans cette entreprise que je me suis le plus épanouie : tendance surf, inspiration californienne. Un univers surf que j’ai rapidement adopté. J’ai décidé de partir de chez Quiksilver, après trois belles années, pour me rapprocher d’autres valeurs, plus éthiques.

J’ai donc travaillé 1 an comme styliste en freelance chez Modames à Anglet, une entreprise engagée dans l’écologie qui met à l’honneur la mode éthique et responsable, en mettant en avant les jeunes créateurs français et les marques made in France. Des valeurs et une démarche qui m’ont tout de suite séduites. C’est pourquoi je pense qu’Uhaina est un mix des entreprises dans lesquelles j’ai pu travailler, j’ai pris en chacune d’elle ce qui me plaisait le plus : le surf, la création et l’éthique. 

Être chef d’entreprise aujourd’hui, qu’est-ce que ça représente ?

Beaucoup de stress ! Je pense qu’il faut toujours croire en ses projets même si par moment ça peut paraître compliqué. Je me suis lancée à tout juste 25 ans, mon entreprise était avant tout une passion. Aujourd’hui je suis fière de pouvoir dire que c’est mon métier. Un métier où l’on a plusieurs casquettes, à la fois commercial, comptable, styliste… Et il y a certaines casquettes avec lesquelles on se sent moins à l’aise. Il faut savoir être polyvalent, positif et motivé.

C’est un métier où l’on est le plus souvent seul dans notre atelier et où il y a énormément de temps de travail avant d’avoir de la reconnaissance : c’est dans ces moments-là où l’on peut vite se décourager et baisser les bras. Heureusement l’entourage aide beaucoup à retrouver confiance et motivation. Il ne faut pas hésiter à s’inscrire dans des groupes d’entrepreneurs pour échanger sur des situations communes, ça fait du bien ! 

La Covid-19 a-t-elle eu un impact sur votre activité ?

Je pense que la Covid-19 a desservi certaines personnes et donc forcément servi à d’autres. Je fais partie de cette deuxième catégorie : la Covid a fait exploser mes ventes en ligne et ma visibilité sur les réseaux et internet, surtout lors du premier confinement. Je pense que les gens passaient plus de temps sur Instagram par exemple, plus attentifs à l’éthique et à la provenance des produits. Donc cela a été une belle opportunité pour les créateurs, malgré les marchés de créateurs annulés. 

Un conseil à donner aux entrepreneurs débutants ?

Bien s’entourer, ne pas se précipiter, être patient et surtout toujours créer des pièces qui nous plaisent avant tout. Il ne faut pas chercher à plaire, il faut rester vrai et authentique. Je pense qu’aujourd’hui les consommateurs ont besoin de sincérité et de transparence. Alors n’ayez pas peur d’être vous, de communiquer sur les coulisses de votre atelier et de partager les bons comme les mauvais moments. 

Quels sont vos objectifs à moyen/long terme ?

Les objectifs à moyen terme : avoir plus de boutiques revendeurs en France et à l’étranger, embaucher une stagiaire en alternance en premier contrat, faire le salon du made in France à Paris, et avoir un atelier plus grand pour créer davantage. A long terme : ouvrir une boutique ou un atelier sur Leucate, le village où j’ai grandi. Après 6 ans passés à l’océan, je suis rentrée lors du premier confinement sur Leucate retrouver ma famille, un vrai retour aux sources. Depuis quelques mois, je travaille sur un nouveau secteur qui a bercé mon enfance : le vent. Après 2 ans a être inspirée par le monde du surf, j’ai lancé ma première collection kitesurf et windsurf le mois dernier… Un joli succès qui me pousse à continuer dans cette voie-là !

Économie

Les marchés des producteurs de pays

L’Aude et son terroir regorgent de produits naturels e ...
Économie

Le Département relance le cumul RSA/salaire pour certains secteurs

Les domaines de l’agriculture et de l’hôtellerie ...
Économie

La nouvelle ligne TGV Montpellier-Perpignan sur de bons rails

La nouvelle ligne à grande vitesse reliant Montpellier à Per ...
Économie

Port-La Nouvelle : les travaux d’extension du port suivent leur cours

Un recours devant le tribunal administratif de Montpellier a ...