Les ventes d’entreprises en 2022 ont atteint des prix historiques en France

access_time Publié le 20/06/2023.

Selon l’étude réalisée par le groupe Altarès, l’année 2022 a vu le nombre de transmission d’entreprises nettement augmenter. Avec des prix à leur plus haut niveau historique, les ventes et cessions de fonds de commerce sont également en nette hausse.

En 2022, ce sont 31 717 transactions qui ont été enregistrées, pour un prix moyen de vente atteignant les 215 716€, un record. Un nombre de transactions en forte hausse depuis 2020 (dernière année de référence), qui s’est envolé de 14,3%. Un redémarrage du marché caractérisé par la hausse des prix de ventes, qui eux ont bondi de 7,5%.

A noter dans le calcul que la vente des pharmacies (ph. carte-des-pharmacies) a constitué un accélérateur évident. Des reprises négociées en moyenne à hauteur de 1 192 071€, pour une dynamique globale qui semble profiter avant tout aux villes moyennes et petites villes qui concentrent désormais plus de la moitié des échanges (55%). Inversement, les communes de moins de 5000 habitants perdent en attractivité.

Le directeur des études d’Altarès Thierry Millon communiquait : « Le rachat de fonds de commerce s’accélère en 2022 après un redémarrage timide en 2021. La restauration à table, dont la reprise n’a été que partielle en 2021, a retrouvé une belle attractivité (+51%), avec des montants qui augmentent (+18%). Plus globalement, le marché a été porté par les très petites entreprises (+15%) ».

Des changements à venir dès 2025

Il poursuit : « Le faible nombre de transactions réalisées pendant la période Covid justifie en partie un rattrapage des opérations en 2022, mais ce n’est pas la seule raison qui explique ces volumes. Une disposition fiscale en faveur des petites entreprises a pu encourager certaines à racheter des fonds ».

« Cette disposition peut également avoir contribué à la hausse du montant moyen des transactions constatée en 2022. La qualité des fonds cédés explique bien entendu également cette inflation. Les chiffres révélés par Altares suggèrent que cet aménagement fiscal pour les petites entreprises a contribué à redresser un marché des fonds de commerce en perte de vitesse ces dernières années. »

Il conclut : « Provisoire, ce dispositif devrait néanmoins s’éteindre dès 2025. Aussi, en dépit d’un contexte économique contraint, ne serait-ce pas le bon moment pour reprendre un fonds de commerce ? D’autant que les créations d’entreprises dans le cadre d’une reprise d’un fonds restent plus pérennes que les créations ex nihilo ».

Top 10 des secteurs et activités où les prix moyens de cession sont les plus élevés en 2022 :

1) Pharmacies : 1 192 071 €
2) Supermarchés : 502 766 €
3) Hôtels : 431 043 €
4) Buralistes : 349 934 €
5) Commerce de l’automobile : 308 583 €
6) Commerce de journaux et papeterie : 287 978 €
7) Magasins d’optique : 236 330 €
8) Boulangerie et pâtisserie : 234 883 €
9) Débit de boisson : 221 216 €
10) Restauration traditionnelle : 201 402 €

En Occitanie, les prix de cession sont en légère diminution malgré la hausse des transactions

-0,8 % : c’est la baisse moyenne du prix des ventes de fonds en Occitanie, de l’année 2021 à 2022. Sur la même période le nombre de transactions à augmenté de 11,9%, pour atteindre les 3250. L’un des taux les plus bas de toute la France. A titre de comparaison, l’Île-de-France et l’Auvergne-Rhône-Alpes, les deux premières régions économiques du pays, conservent leur immuable première et deuxième place sur le marché de la transmission de fonds de commerce.

Elles concentrent à elles deux près du tiers des opérations et tirent la dynamique du volume des transactions, tout en enregistrant une hausse des prix de cessions (respectivement +14,9% pour l’Île-de-France et +6% pour Auvergne-Rhônes-Alpes). Avec 9679 échanges en 2022, elles dépassent le niveau de 2019 (8939). L’Île-de-France enregistre 5157 reprises (+13,5% vs 2021) et Auvergne-Rhône-Alpes 4522 (+13,6%).

Passablement mises à mal par la crise sanitaire, les reprises de fonds de commerce ont connu un coup d’accélérateur en 2022. Un engouement de nature à renforcer plus durablement l’économie des territoires et en particulier des petites communes et villes moyennes.

Une dynamique entretenue grâce à la solidité des entreprises

En effet, au-delà des initiatives publiques telles que le plan « Action coeur de ville » qui a déjà mobilisé 5 milliards d’euros pour redonner de l’attractivité aux centres-villes, c’est aussi la solidité des acteurs économiques qui permet aux villes de rester dynamiques.

Or, la reprise d’un fonds de commerce est justement un facteur d’endurance, voire un levier de performance durable. Les créations d’entreprises dans le cadre de l’acquisition d’un fonds de commerce, dont la clientèle ou la part de marché est l’élément central, sont plus pérennes par rapport à l’ensemble des créations.

En moyenne depuis 2017, 94% des créations par transmissions-reprises sont toujours vivantes trois ans après, c’est quasiment 20% de plus que pour les créations classiques hors régime du microentrepreneur ou auto-entrepreneur.

Retrouvez tous nos articles sur l’économie, ainsi que notre page Facebook.
Alexandre Soulier, 44 ans, dirigeant de Meodex © Cyril Durand.
Économie

Narbonne : Meodex illumine les Photomatons du monde entier

La PME innovante exporte, depuis Narbonne, ses solutions d'é ...
Les lauréats 2024 du concours Open Carca © Agglo de Carcassonne.
Économie

Carcassonne : une belle cuvée de projets éco pour l’Open Carca 2024

Dix candidats ont défendu leurs projets innovants dans ce co ...
Le restaurateur Jean Damblat avec sa famille et son chef Jean Taillefer © DR.
Économie

Jean Damblat décroche le titre de “Maître restaurateur” à Rouffiac-les-Corbières

Son restaurant La P’tite table, déjà labelisée Bistrot de pa ...
Illustration salon de l'emploi
Économie

Narbonne : une quarantaine de postes à pourvoir dans quinze entreprises

L'Agglo organise une mâtinée consacrée à l'emploi, ce mercre ...