«Les valeurs fortes de Tout O’Pré»

access_time Publié le 06/11/2020.

Relier les personnes ayant des difficultés à se déplacer aux producteurs locaux, telle était l’idée d’une habitante de la Montagne Noire et habituée à l’événementiel, Sarah Ménager.

Tout O’Pré est un bel exemple de solidarité que nous présente Camille Clarenc, co-fondatrice d’un projet qui, aujourd’hui, ressemble à un temps plein. Second confinement oblige…

Comment est venue l’idée de Tout Ô’Pré ?
Tout O’Pré a débuté dès la première semaine du confinement de mars. Sarah a voulu soutenir les producteurs locaux et notamment les Ares Verts, maraîchers à Montolieu, leur marché étant annulé, Elle a immédiatement pris l’initiative de créer un circuit de livraison dans la Montagne Noire. Petit à petit, producteurs et bénévoles ont adhéré au projet.
De mon côté, je terminais mes études et souhaitais m’investir dans un projet pour aider le monde agricole. Quand, j’ai entendu parler de cette initiative, je n’ai pas hésité, j’ai rejoint l’équipe.
Soutenues par les producteurs et les clients, nous avons naturellement décidé de structurer et pérenniser cette belle idée, même après le confinement.

Pourquoi le Cabardès ?
Nous n’avons pas spécialement «choisi» le Cabardès. Sarah habite à Fontiers Cabardès et a donc développé son réseau initialement dans la Montagne Noire dans un premier temps. Il faut dire que c’est un territoire très agréable, avec de nombreuses productions et où la solidarité est très marquée.
Un très bon contexte pour le développement d’un projet aux fortes valeurs comme Tout O’Pré.

On est un peu dans le «donnant-donnant» avec cette formule…
Exactement ! Et notre principal pilier est la solidarité. Nous mettons réellement en relation les producteurs et les consommateurs. C’est très important pour nous que les consommateurs se rendent compte du travail et des difficultés parfois rencontrées par les producteurs.
En mettant en place cette logistique de proximité, nous allégeons leur travail et nous leur permettons de vendre leur production au prix qu’ils le souhaitent en local.
Côté consommateurs, rien de mieux que de découvrir chaque semaine des produits sains et de qualité que nous produisons dans l’Aude ou les département de la région.

«Une réelle communauté autour du projet»

Comment les producteurs locaux ont accueilli le projet ?
Ils jouent vraiment le jeu. Certains nous proposent même de nous aider. Depuis que le projet est structuré et fait ses preuves, nous avons de nombreux producteurs et artisans qui nous contactent pour pouvoir vendre leur production via notre initiative.
C’est super pour nous ! Nous avons un lien très fort avec certains d’entre-eux. On partage leur craintes, leurs joies et leur métier ! Quand ils ont des difficultés, on essaie de voir comment les aider. C’est le cas des surplus de production vendus en vente-promo ou des légumes abîmés qu’on propose en opération «anti gaspi» avec des prix réduits.

Combien sont-ils à participer à cette coopérative ?
Nous avons travaillé avec une soixantaine de producteurs depuis le début. Nous essayons de travailler avec le maximum d’entre-eux et de faire découvrir un maximum de production à nos clients. Sur certains produits comme le vin, nous tournons toutes les semaines.

Avez-vous eu la même activité après le confinement ?
Oui, l’activité a même augmenté. Clients comme producteurs, souhaitaient que Tout O’Pré perdure, même après le confinement, alors nous avons tout mis en œuvre pour y parvenir.
Je pense que nous avons réussi à créer une réelle communauté autour de ce projet, les personnes et certaines communes nous soutiennent, et c’est notre force.

Prêts à repartir au front avec le reconfinement ?
Nous nous devons d’être prêts pour nos producteurs et nos artisans. Ils ont besoin de nous, nous serons donc la pour les aider au maximum. Comme pour le premier confinement, nous sentons déjà un vrai élan de solidarité et ça fait chaud au cœur. Nous souhaitons également aider les personnes isolées dans les villages pour leur permettre un accès aux produits locaux de qualité à un prix abordable, surtout pendant cette période difficile.

«Un rôle économique et social»

Vous avez reçu récemment la visite de la présidente du Département. Que vous a-t-elle dit ?
Effectivement, nous avons eu la chance de recevoir récemment Hélène Sandragné. Nous lui avons présenté notre projet et surtout les valeurs qu’il porte. Un très bon moyen pour nous de valoriser le travail de nos bénévoles également. Elle nous a accordé toute son attention et adhère totalement au «consommer local».
Je pense que notre projet s’inscrit parfaitement dans le projet du département car il permet de relocaliser l’emploi, contribue à la dynamique et la résilience des territoires et a un rôle économique et social important en créant du lien, en aidant les populations isolées et en revalorisant les métiers de l’agriculture.
Nous sommes convaincues de l’intérêt de développer ce projet à l’échelle de la région et nous souhaitons travailler avec l’ensemble des collectivités pour répondre au mieux aux besoins des territoires et des populations.

Le développement durable, c’est votre cheval de bataille ?
Bien sûr ! La relocalisation de notre alimentation est déjà un énorme pas pour le développement durable. Nous sensibilisons nos clients sur les bonnes habitudes alimentaires à prendre comme par exemple consommer de saison. Nous travaillons énormément pour être «zéro déchet», nous recyclons tout ce que nous utilisons et impliquons nos clients dans cette réutilisation (papiers crafts, caissettes, boite à œufs etc).
Nous faisons également des actions anti-gaspi et de la vente de produits «coresponsable» comme des éponges lavables, des cotons réutilisables ou des couvercles en tissu.

Qu’est-ce que l’anti-gaspi dont vous parlez plus haut ?
En discutant avec une de nos maraîchères, nous avons appris qu’elle jetait énormément de légumes «moches» comme nous les appelons (légumes abîmés, difformes ou autres). Ils sont tout à fait comestibles et ont exactement le même goût mais ils sont mis de côté par les clients et donc invendus.
Ainsi, ils finissent à la poubelle. Quand nous avons appris ça, nous avons décidé de les proposer sur notre site à prix réduits pour éviter le gaspillage alimentaire.
Tout est parti très vite ! Pour le plus grand bonheur de notre productrice qui ne jette plus de légumes et de nos clients qui peuvent trouver des légumes moins chers, parfaits pour la soupe ou la purée !

Économie

CDA : l’industrie audoise a de beaux jours devant elle

Un des fleurons de l’industrie régionale se situe à Na ...
Économie

Narbonnais : des formations gratuites dans le numérique proposées par l’Agglo

Un bilan individualisé est offert aux 100 premières TPE du t ...
Économie

Grand Narbonne : des entreprises mises en valeur dans les pépinières pour Noël

À l’occasion du marché de Noël organisé par la ville de Narb ...
Économie

Occitanie : un appel à projet pour financer une entreprise « sociale »

Créez une entreprise en phase avec des valeurs sociales et s ...