Les loups de retour dans l’Aude ?

access_time Publié le 31/01/2020.

C’est l’histoire du berger qui criait au loup. À ceci-près que pour Léo, jeune agriculteur qui venait de se lancer dans l’élevage ovin dans la Piège, tout ceci ne semble pas tenir d’un conte. Mais plutôt d’une réalité concrète, comme l’atteste les corps retrouvés de certains de ses animaux.

3 brebis mortes, une disparue

Le bilan semble lourd. Dans l’Ouest audois, dans la Piège à proximité de Fanjeaux, en allant nourrir ses bêtes le matin, Léo a été confronté à une dure réalité lundi dernier. Une brebis morte égorgée, une autre sans tête dévorée au niveau des côtes et des pattes, et une dernière retrouvée noyée dans un étang à proximité d’un arbre. Le coup est dur à encaisser pour le jeune agriculteur qui avait fait le pari de se lancer dans l’élevage d’ovins :
« Au delà du préjudice moral, 4 brebis perdues, cela fait 4 à 8 agneaux en moins par an, sur 10 ans. Ça fait un manque à gagner très important, surtout quand on débute dans l’élevage. »

Ainsi, tout porte à croire que le loup aurait sévi dans la Piège, à l’Ouest de l’Aude. Près de Fanjeaux, cette attaque intervient au moment où le village vient d’être déclassé d’une zone qui donnait justement droit à des primes pour les éleveurs confrontés au loup.

Analyses en cours pour certifier la présence du loup

En effet, impossible pour l’heure d’attribuer ces morts au loup plutôt qu’à un chien errant, des analyses sont donc toujours en cours. Mais le grand prédateur n’en serait pas à sa première attaque dans l’ouest audois. Car depuis quelques années, le loup se manifeste régulièrement sur ce territoire entre Piège, Lauragais et Malpère. Des pièges photographiques l’ont même immortalisé, notamment en avril 2016.

Si le loup n’avait pas été observé l’année dernière dans la Piège, depuis début 2020, les éleveurs de Fanjeaux et d’une douzaine d’autres communes aux alentours ne perçoivent plus la prime réservée à ceux qui doivent coexister avec le prédateur. Elle compense en partie le surcroît de travail dû à la présence du loup. Ainsi, les éleveurs de la Piège espèrent voir la préfecture de l’Aude revenir prochainement sur cette décision de les sortir du périmètre donnant droit aux primes journalières et aux autres subventions.

Environ 530 loups gris recencés en France en 2019

Pesant entre 30 et 35 kg pour les mâles, contre 25/30 kg pour les femelles, la présence du loup dans l’Aude résulterait d’une forme de colonisation de l’espèce depuis la chaîne des Pyrénées. La première authentification du loup dans l’Aude remonte à 2014, où le loup s’était signalé dans le Razès, non loin de Carcassonne.

Avec plus de 500 spécimens relevés, un nombre supposé être atteint seulement en 2023 selon le plan loup actuel, et face à l’expansion plus rapide de l’animal, Emmanuel Macron avait annoncé en 2019 le relèvement du niveau de tirs des loups, de 10-12% à 17-19% de la population.

Actualité locale

Un centre COVID pour améliorer l’accompagnement médical de l’épidémie de coronavirus sur le territoire narbonnais

Comme dans 140 villes ou villages en Occitanie, un centre CO ...
Actualité locale

On en parle …

IN le CIDFF toujours mobilisé pour venir en aide aux victime ...
Actualité locale

Attentats de Carcassonne et Trèbes : deux ans déjà ont passé

Si l’instruction de l’enquête suit toujours son cours, voici ...
Actualité locale

La solidarité n’est pas confinée à Carcassonne

Le Centre d’Accueil de nuit situé au quartier Patte d’Oie re ...