Les entreprises audoises confrontées aux difficultés de la succession

access_time Publié le 18/09/2020.

Afin de pérenniser la situation des entreprises du département en situation de transition, en 2018 fut créé par les chambres consulaires un dispositif visant à faciliter le changement de direction.

Alors que la crise économique liée au coronavirus vient accentuer la difficulté de reprise, l’exercice est encore plus complexe lorsqu’on se situe en zones de revitalisation rurales (ZRR) et zones de montagne et massif (ZMM).

Près de 3000 entreprises audoises concernées

Jean Caizergues vice-président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Aude, Bertrand Baldy élu représentant au commerce et Laurent Boissonade secrétaire à la CCI, viennent tous les trois de signer l’agrément visant à faciliter la mise en application du dispositif Occtav créé en 2018.

Créé à l’initiative des Chambres de commerce et d’industrie, des Chambres des métiers et de l’artisanat et des Chambres d’agriculture, le dispositif d’accompagnement OCCTAV va ainsi offrir des services ciblant à la fois les cédants et les repreneurs.

Appliqué dans l’Aude mais aussi en parallèle dans l’Hérault, près de 40 % des entreprises situées en zone de revitalisation rurale et en zone de montagne et massif ont un chef d’entreprise de plus de 55 ans.

Dernièrement, la chambre d’agriculture vient d’intégrer le dispositif pour la période 2020 à 2021.

Des permanences sont ainsi régulièrement organisées sur le territoire pour répondre aux questions des cédants et potentiels repreneurs (Castelnaudary, Limoux, la Montagne Noire et Lézignan-Corbières).

Un outil supplémentaire non négligeable

Des actions seront donc menées pour répondre à cet enjeu.

Par ailleurs, alors que toutes les entreprises ne sont pas transmissibles, des diagnostics seront effectués afin d’établir un premier catalogue avant un diagnostic complet.

Les entreprises à céder seront ensuite mises en avant sur le site occtav.fr et accompagnées dans leur recherche d’un repreneur.

Lors de la signature de la nouvelle convention, les trois élus des chambres consulaires ont également évoqué l’idée de créer une pépinière de repreneurs.

En collaboration avec les partenaires du conseil à l’entreprise, l’objectif est de détecter en amont les chefs d’entreprise susceptibles d’intégrer dans leur entreprise un potentiel repreneur dans le but de favoriser la transmission.

Cet outil serait créé en lien avec les centres de formation d’apprentis qui disposent d’un vivier d’apprentis et d’apprenants pouvant reprendre une entreprise.

Face à la menace quasiment permanente du dépôt de bilan pour beaucoup d’entreprises audoises, qui plus est dans un contexte aggravé par la crise liée au coronavirus, la mise en place de services visant au renforcement de leur situation ne peut être que bénéfique, en particulier dans des zones déjà fragilisées.

Économie

À Coursan le baudet… d’âne

Depuis un peu plu de dix ans, Sébastien et Elodie Solé sont ...
Économie

«Astronaute, c’est le rêve ultime !»

Limouxin de 22 ans, Maxime Jalabert, étudiant à l’ISAE Supar ...
Économie

La Cité de Carcassonne fait grise mine…

Année après année, l’affluence de visiteurs au sein de la my ...
Économie

Granhota : Un atelier qui tourne au vinaigre

Situé à Coursan (11), Autodidacte, Laurent Faure a redonné s ...