Les cigales aux abonnées absentes…

access_time Publié le 10/09/2021.

Selon la coutume, elles accompagnent nos étés le long des routes menant aux plages et même dans l’arrière-pays.

Elles sont même le symbole de la belle saison, des longues journées, du soleil et du farniente. Sauf que cette année, les cigales ont joué les filles de l’air.

«La Cigale, ayant chanté
Tout l’Été,
Se trouva fort dépourvue
Quand la bise fut venue.
Pas un seul petit morceau
De mouche ou de vermisseau.
Elle alla crier famine
Chez la Fourmi sa voisine…»
La fameuse fable de La Fontaine est au goût du jour chaque été. Enfin presque parce que, cette année, les cigales n’ont quasiment pas chanté pour égayer les apéros à l’ombre des pins. Du côté de nos plages et même de l’arrière-pays, on les attendait en pensant qu’elles étaient juste légèrement en retard. Aujourd’hui, au mois de septembre, les constat est limpide : elles ont été absentes de notre été ou alors leur présence a été très discrète.

De moins en moins d’arbres

Il faut savoir que les larves de cigales sont pondues dans les arbres. Ensuite, elles creusent et restent dans le sol durant 2 à 5 ans. Le cycle est pour le moins très long. Après quoi, les larves éclosent et remontent jusqu’à la surface lors des premières chaleurs dans le but de se reproduire. Malheureusement, il y a de moins en moins d’arbres et à l’inverse de plus en plus de sols goudronnés. Heureusement, il reste encore la campagne ce qui fait que, s’il y a de moins en moins de cigales, l’insecte préféré de nos étés, n’est pas encore menacé.

Le rôle du climat

D’autres facteurs peuvent avoir une incidence sur la présence des cigales dans notre environnement. Il peut s’agir d’une année «sans» à l’inverse de ce qui était attendu du côté des Etats-Unis.
Le climat joue également un rôle dans la mesure où les cigales ne chantent que sous la chaleur et pas quand il y a un vent fort.
Or, l’été n’a pas été durablement exceptionnel. Rien ne dit (en tout cas pour le moment) que le changement climatique puisse avoir un effet négatif sur la présence des cigales dans nos pins. Une chose est sûre, voilà bien un concert qui nous aura manqué. Et la crise sanitaire n’y est pour rien !

La plainte ridicule
En 2016, un couple de touristes parisiens, en vacances à Carry-le-Rouet (13) a voulu déposer plainte à cause du bruit. Pas d’une musique trop forte ou de tapage nocturne mais à cause du chant des cigales. Une fois la stupéfaction passée, Les gendarmes les ont finalement dissuadé les de déposer plainte. Ou comment éviter de peu le ridicule.

Patrimoine
Chant du coq ou des cigales, effluves de crottin de cheval ou d’étable… le Parlement a adopté définitivement, en janvier dernier, par un ultime vote du Sénat, une proposition de loi introduisant la notion de «patrimoine sensoriel» des campagnes dans le droit français. Quand elles seront de retour en 2022, nos cigales pourront s’en donner à cœur-joie.

Une affaire de mâle
La cigale ne crie pas. On dit qu’elle chante mais en réalité, ce fameux chant typique du Midi s’appelle la cymbalisation. C’est un son très puissant que le mâle cigale émet en faisant vibrer son abdomen dont le ventre est pratiquement vide pour mieux servir de caisse de résonance.

Actualité

VélO Cité Agglo bientôt lancé à Carcassonne !

Le 16 septembre prochain sera lancé le dispositif VélO Cité ...
Actualité

Remise de médailles au Tribunal de Commerce de Narbonne

Le Tribunal de Commerce a rendu un hommage solennel en remet ...
Actualité

Les mésaventures d’Olivier Bonnes, rescapé Covid qui revient de loin

Olivier Bonnes, joueur narbonnais professionnel de football, ...