Les capitelles sortent de l’oubli

access_time Publié le 28/08/2020.

Dans la petite communes de Saint-Pierre des Champs dans les Corbières, des passionnés s’évertuent à rénover ces petites habitations traditionnelles que l’on peut voir au milieu des vignes et qui jadis servaient d’abris.

Situé au cœur des Corbières, entre vignes et châteaux Cathares, Saint-Pierre des Champs est un petit village typique de cette région de l’Aude. On y goûte le calme, la nature et les traditions auxquelles les habitants sont très attachés.

En se promenant autour de Saint-Pierre, on ne peut manquer ces témoins du passé agricole que sont les capitelles, trônant autant que faire se peut au milieu des rangées de vignes.

La capitelle n’est pas un habitat permanent mais plutôt un abri individuel, parfois collectif, servantà à accueillir temporairement des outils, des produits récoltés comme le raisin ou l’olive mais aussi des personnes désireuses de se mettre à l’abri en cas d’intempéries.

Elle était généralement construite sur un terrain ingrat au moment des grands défrichements. La matériau était celui que l’on pouvait trouver sur le site lors du défonçage et de l’épierrement du champ : calcaire, schiste, grès, granit et même basalte.
Autour de la capitelle, il n’était pas rare de trouver d’autres constructions relevant de l’activité agricole : enclos, terrasses, puits, etc…

Deux cents capitelles rencensées

Il fallait des passionnés pour faire revivre ces morceaux du patrimoine local et même audois. Saint-Pierre des Champs a pu compter sur Miguel Artigas, spécialiste des murs en pierres sèches, ainsi que sur ses équipes de bénévoles.
Avec l’association La Clef des Champs, un travail de fourmi a été réalisé lors de chantiers du samedi : plusieurs capitelles et murs en pierres sèches ont été restaurés dans et autour de St Pierre des Champs.

En parallèle aux travaux in situ, l’association a réalisé a recensé plus de 200 capitelles, de Mouthoumet à l’Alaric. Pour la plupart enfouies dans la végétation, ces belles cabanes de pierre sèche, sorties maintenant de l’oubli, sont en danger de disparition.

«Un énigmatique patrimoine à sauver»

C’est pour cela que La Clé des Champs a fait appel au projet participatif du Département de l’Aude et donc au vote de ses concitoyens. «Notre association ambitionne de sauver cet énigmatique patrimoine en restaurant les plus remarquables d’entre elles et de les faire découvrir au grand public par des boucles de randonnée inter-villages , des expositions itinérantes et des conférences», justifient Miguel Artigas et ses amis.

Du patrimoine, de la tradition : tout ce qui peut toucher les Audois en plein cœur.

Actualité locale

On en parle …

IN Un vestige de notre passé en cours de rénovation Entre Cu ...
Actualité locale

Face à la Covid-19 dans l’Aude , un air de déjà-vu

Face à une recrudescence de cas liés au coronavirus, le pass ...
Actualité locale

On en parle …

IN Les apéros solidaires des 27, 28 et 29 août ont permis de ...
Actualité locale

Un Narbonnais dans l’enfer de Manhattan

Nous sommes le 11 septembre. Il y a dix-neuf ans jour pour j ...