Le Clos de la Lombarde, témoignage de la Romanité à ciel ouvert

access_time Publié le 01/09/2021.

Narbo Martius, capitale de la province romaine de la Narbonnensis, en latin dans le texte, n’en a pas fini de nous dévoiler tous ses secrets. Aujourd’hui encore, au Clos de la Lombarde, on peut y découvrir les origines antiques de celle qui de nos jours se fait appeler Narbonne.

Site archéologique classé monument historique, le Clos de la Lombarde témoigne de la riche histoire de la cité narbonnaise, dont la fondation remonte à plus de deux millénaires.

Nous sommes donc en 118 avant J.-C., lorsque les Romains créent la Colonia Narbo Martius. Première province romaine en Gaule, cette dernière, d’une importance stratégique majeure, permet de relier par voie terrestre grâce à la fameuse Via Domitia, les provinces romaines d’Hispanie et d’Italie.

Elle fera également de la Narbonne antique le premier port romain hors d’Italie, à une époque où la Nautique et Bages constituaient notamment ses ports d’accès à la Méditerranée.

Véritable carrefour économique, la province de la Narbonnaise était le point d’ancrage du monde romain en Gaule. Elle permettra ensuite à Rome d’accroître son influence sur l’ensemble du territoire gaulois, jusqu’à son annexion pure et simple.

Au Clos de la Lombarde, des traces de six maisons romaines ont ainsi été découvertes, dont deux entièrement. Parmi elles : la maison à portiques (conçue au Ier siècle av. J.-C.) ainsi que la maison au grand triclinium (IIe siècle).

Ainsi, ces témoignages du passé ont permis aux contemporains d’en apprendre davantage sur la vie de nos ancêtres. Découvert par Raymond Sabrié, le site archéologique illustre l’inventivité et le savoir-faire romains en matière de confort de vie.

Suivant les standards romains de l’époque, la maison à portiques, d’une surface de 1000 mètres carrés environ, était constituée de deux corps principaux : l’atrium (la pièce centrale) et le péristyle (ensemble de colonnades disposé autour de l’édifice), avec son jardin agrémenté de bassins en son cœur.

Annie Thomas-Bescond, vice-présidente de l’association Les Amis du Clos de la Lombarde, et Raymond Sabrié, archéologue autodidacte à qui l’on doit cette découverte en 1974.

Quelques siècles plus tard, la maison au grand triclinium, construite dans la continuité, constituera une évolution du mode de vie romain. Plus grande, avec un plafond culminant à 8 mètres de haut contre 4 dans la maison à portiques, son style sera d’influence gallo-romaine.

On se surprend alors à découvrir en son sein un bassin approvisionnant le foyer en poissons frais, la mise en place d’un système d’évacuation d’eau usée, ou encore un ingénieux système de braseros pour chauffer efficacement la maison.

C’est notamment ici, au cœur de la basilique, qu’étaient immergés les chrétiens lors du baptême.

Parmi les fouilles entreprises, furent notamment révélées des mosaïques et peintures murales dont certaines sont entreposées au musée de la romanité Narbo Via. De même, au fil des siècles, la propagation du christianisme entraînera sur le site même du clos, l’édification d’une basilique paléochrétienne.

Ainsi, la transition des pratiques religieuses, du paganisme à l’avènement du christianisme, s’en retrouve parfaitement illustrée sur le site. Les autels autrefois dédiés aux dieux païens, ont progressivement laissé place à la religion chrétienne, parfois non sans heurts.

Infos pratiques :

Clos de la Lombarde, rue Chanzy 111 Narbonne.
A partir du 4 septembre, les horaires d’accès au Clos de la Lombarde évoluent. Dorénavant, les visites s’effectueront de 9h à 12h tous les samedis matins.

Culture & loisirs

Le Chai à Capendu, lieu de promotion de la culture

L’espace du Chai à Capendu constitue aujourd’hui ...
Culture & loisirs

Il est le Japonais de Port-la-Nouvelle

Construit aux Pays-Bas, il a terminé son existence au large ...
Culture & loisirs

Le Salon du Livre débarque les 25 et 26 septembre prochains à Narbonne

Annulé l’année passée pour raisons sanitaires, le Salo ...
Culture & loisirs

Les Estivales de la Malepère battent leur plein

Déjà la 26e édition des Estivales de la Malepère à Arzens. V ...