L’automne, période propice à la cueillette des champignons

access_time Publié le 12/10/2022.

Quand vient l’automne, les amateurs de champignons et de leur cueillette s’élancent dans les bois et cols pour espérer trouver les meilleurs « coins ». Une aventure qui peut parfois rapporter gros, mais qui est soumise à une législation bien encadrée.

Et tous les experts vous le diront. Ou plutôt non. Ils ne vous diront rien. Car s’il est bien une chose que l’on ne partage pas, c’est bien des informations concernant les endroits à champignons. A côté de chez nous, dans une zone entre la Montagne Noire et St-Pons-de-Thomières, ce genre de secret est très bien gardé…

D’autant plus que le ramassage des champignons est légalement limité à 5 kilos par jour et par personne. Ne comptez donc pas sur les conseils d’autres amateurs de cueillette pour vous guider dans votre quête. Ces derniers n’attendent qu’une chose – ceux qui jouent le jeu évidemment – , pouvoir y retourner dès le lendemain pour « nettoyer » la zone.

Sachez tout de même que la règlementation, qui s’applique à tout le monde, prévoit une contravention de 135€ si vous êtes pris la main dans le sac avec une quantité de champignons comprise entre 5 et 10 kilos. Pire encore, si votre « butin » dépasse les 10 kilos, cela est alors considéré comme du vol, donc un délit pouvant aller jusqu’à 45 000€ d’amende et 3 ans d’emprisonnement. Voilà qui fait réfléchir…

Quelques bons gestes à adopter

Les experts vous le diront, les champignons ne sont pas des fleurs que l’on cueille. Ainsi, lorsque vous en trouvez, il est nécessaire de le couper au couteau à son pied. L’arrachage abîme le mycelium, qui permet la reproduction des spores. Les plus expérimentés veillent également à ne pas cueillir les plus vieux champignons, ainsi que les champignons non comestibles, afin de ne pas dégrader l’écosystème outre mesure.

A noter aussi, question de bon sens, que la cueillette dans les forêts ou terrains privés n’est pas autorisée. Et que ces zones ne doivent pas forcément être clôturées. A vous donc de prendre des précautions, pour ne pas pénétrer dans un endroit où vous n’êtes pas supposés vous trouver.

Autre règle également élémentaire de la cueillette, ne consommez jamais un champignon avant de l’avoir identifié. Ainsi, il est demandé aux pharmaciens de connaître les champignons dangereux et mortels de leur région. En effet, la France compte environ 35 000 sortes de champignons, personne n’est en mesure de tous les connaître, même si tous les pharmaciens ont reçu une formation à la mycologie dans leur cursus.

De fait, les champignons doivent être entiers et en bon état pour permettre l’identification en cas de doute. Ne consommez également jamais des champignons crus, toujours à une cuisson suffisante. De même, ne proposez jamais de champignons cueillis à de jeunes enfants.

En cas d’intoxication, si un ou plusieurs symptômes apparaissent, par exemple, des épisodes de diarrhées, des vomissements, des nausées, des tremblements, des vertiges ou encore des troubles de la vue, appelez tout de suite le 15 ou le centre antipoison de votre région (liste complète en cliquant ici), en précisant bien sûr que vous avez mangé des champignons.

(Photos L’Echo)

Actualités

Entretien exclusif avec Quentin Estrade, médecin volontaire narbonnais en Ukraine

Interne en cardiologie à Toulouse, Quentin Estrade a décollé ...
Actualités

Le Département organise son propre marché de Noël

Jusqu’au 6 décembre, le Département lance un appel à m ...
Actualités

La baguette française intègre (enfin) le patrimoine mondial de l’Unesco !

La baguette traditionnelle française a été officiellement in ...
Actualités

L’année 2022 est la plus chaude jamais enregistrée

Alors que décembre n’est pas encore arrivé, les prévis ...