La Région au soutien des commerçants et restaurateurs audois

access_time Publié le 02/10/2020.

« L’Occal » est le nom du fonds mis à disposition par la Région Occitanie pour venir en aide aux commerces et établissements en difficulté.

Un dispositif qui permettra à certains de bénéficier d’une précieuse bouffée d’oxygène financière, afin de garantir la survie d’entreprises pour la plupart menacées.

Sauvegarder l’emploi et l’activité…

Hélène Giral est conseillère régionale :
« On a fait évoluer le dispositif. Au-delà du financement des équipements d’urgence, on l’a ouvert aux aménagements immobiliers pour favoriser la relance et monter en gamme ».

Ainsi, le fonds L’Occal, mis en place par la Région, peut désormais être utilisé pour des investissements de relance.

Heureuse surprise, ce vendredi 25 septembre à Carcassonne pour Jérémy Marti, cogérant du Couvent, une auberge de jeunesse et restauration.

A l’occasion d’une conférence de presse consacrée au fonds L’Occal, alors que cet établissement a demandé une avance remboursable de 20 000 €, le cogérant a appris qu’un aménagement qu’il souhaite réaliser est susceptible d’être en partie subventionné par ce fonds.

Il s’agit de la couverture du patio (investissement de 15 000 €) qui permettra d’augmenter le nombre de couverts et ainsi faire face à la trop faible occupation de l’hôtel en raison de la crise sanitaire.

Un dispositif plus que bienvenu en ces temps difficiles. « D’ici quinze jours, vous aurez ainsi une réponse », a promis Hélène Giral au cogérant du Couvent.

…à l’échelle de tout le département

De même, sur le littoral audois, les responsables des Salins de Gruissan ont apporté leur témoignage tout comme dans l’arrière-pays, Chez Christophe, épiceries fines à Castelnaudary et Villefranche-de-Lauragais. Henri Forgues, pour les Salins, a expliqué que le fonds L’Occal a permis de subventionner le réaménagement du restaurant, notamment le partage des tables pour des raisons sanitaires, avec un décor composé de souches de vignes.

Ainsi, sur un investissement de 28 000 €, cet établissement a pu profiter d’une aide de 6 214 €.

Pour Chez Christophe, il s’agit d’un investissement de 6 500 € pour la relance et la sécurisation de l’activité avec la mise en place d’un site marchand.

Grâce au fonds L’Occal, la structure a profité d’une aide de 2 000 €.

« Ce site sera prêt à l’automne. Pour nous, l’activité du dernier trimestre sera cruciale pour passer le cap », avoue Christophe Hernandez, le gérant, pour qui le site pourra ainsi attirer une nouvelle clientèle ou la préserver.

Face au contexte socio-économique actuel et à ses incertitudes, difficile pour n’importe quel gérant de pouvoir se projeter à moyen voire court terme.

Si les dispositifs visant à alléger les charges et/ou faciliter les emprunts favorables à la relance ont été mis en place, pour la majorité des économistes l’hiver qui approche fait d’ores-et-déjà redouter le pire.

Économie

À Coursan le baudet… d’âne

Depuis un peu plu de dix ans, Sébastien et Elodie Solé sont ...
Économie

«Astronaute, c’est le rêve ultime !»

Limouxin de 22 ans, Maxime Jalabert, étudiant à l’ISAE Supar ...
Économie

La Cité de Carcassonne fait grise mine…

Année après année, l’affluence de visiteurs au sein de la my ...
Économie

Granhota : Un atelier qui tourne au vinaigre

Situé à Coursan (11), Autodidacte, Laurent Faure a redonné s ...