La Cité de Carcassonne fait grise mine…

access_time Publié le 16/10/2020.

Année après année, l’affluence de visiteurs au sein de la mythique cité audoise semble peu à peu s’estomper.

Une situation qui tend à se confirmer et qui inquiète de plus en plus les professionnels du tourisme de notre département : l’arrière-pays est de plus en plus boudé par les visiteurs, au profit des littoraux toujours plus attractifs.

Le facteur « covid-19 » n’explique pas tout

L’année passée, ils étaient environ 1 790 000 à avoir visité la Cité médiévale, soit 364 000 de moins qu’en 2017.
Autrement dit le chiffre le plus bas depuis 2012 et la mise en place des éco-compteurs situés Porte-Narbonnaise, Pont-Vieux et Porte d’Aude.

Pourtant, alors que l’ensemble des institutions locales communiquent invariablement sur le chiffre de 2 millions de visiteurs par an à la Cité, il se trouve qu’en réalité cette donnée varie justement. Et elle varie même significativement et de manière négative.

Pour preuve, en 2017, la fréquentation de la Cité médiévale avait connu un pic à 2 154 000 visiteurs.

Un an plus tard, elle baissait à
1 911 000. Une situation délicate, pour un véritable monument (dans tous les sens du terme) du patrimoine audois qui semble avoir perdu de son attractivité.
Par exemple, en juillet de cette année, 65 000 visiteurs ont été accueillis au château comtal de la Cité de Carcassonne.

Cela ne représente que 52% de la fréquentation de juillet 2019, note Christophe Varennes, administrateur du château et des remparts de la Cité de Carcassonne, en raison de l’épidémie de coronavirus.
« Les deux dernières semaines de juin, après la réouverture au public le 15 de ce mois, avaient connu une affluence très faible, à savoir 30 % de la normale » selon Christophe Varennes, bien que les conditions d’accueil aient été revues en raison des contraintes sanitaires avec l’instauration de circuits qui évitent les croisements, le séquençage des départs de visite et le développement des réservations en ligne.
Une tendance que seule la crise sanitaire ne permet pas d’expliquer.
Le littoral résiste mieux, l’arrière-pays souffre malgré le « patriotisme touristique »

L’Agence de développement touristique de l’Aude avait, mi-juillet déjà, dévoilé des chiffres pour le tourisme au mois de juin : -21% de touristes français, et a fortiori, -75% de touristes étrangers, sont venus dans le département par rapport à la même période l’an dernier.
La Cité de Carcassonne a enregistré, toujours pour le mois de juin 2020, -64% d’entrées.

À Narbonne, l’espace monumental affiche une baisse de 28% de fréquentation.
Des chiffres qui laissent à penser que le ressenti des professionnels du secteur n’est pas forcément qu’une impression, et paradoxalement, c’est l’absence de touristes étrangers qui sanctionnent le plus le littoral, alors que les français eux se tournent plus fréquemment vers l’arrière-pays.

Si les données de 2020 sont évidemment à prendre avec des pincettes en terme d’analyse, par rapport à la situation mondiale, il ne saurait être occulté le fait depuis quelques années, l’Aude, tout en continuant de tirer son épingle du jeu, souffre d’une fréquentation touristique en baisse.

Économie

Les Fines Louches réhabilitent les conserves

Redorer l’image des conserves grâce aux fruits et légumes fr ...
Économie

L’économie russe en souffrance face aux sanctions

Devant la propagande du Kremlin, on pourrait être tenté de c ...
Économie

Aude : un été 2022 qui s’annonce encourageant pour la filière tourisme

C’est en tout cas ce qu’on espère. Après une sai ...
Économie

Une école pour créer des jeux vidéo dans l’Aude

Se former pour créer des jeux vidéos et obtenir un diplôme : ...