Grand Narbonne : la troisième édition de l’Avant-Salon du livre annulée

access_time Publié le 11/04/2024.

illustration

Le rendez-vous littéraire préfigurant le 10e Salon du livre, initialement prévu le samedi 27 avril, est annulé. En cause : François Bégaudeau, l’écrivain invité, fait actuellement l’objet d’une procédure judiciaire pour « diffamation en raison de l’appartenance à un sexe ».

La troisième édition de l’Avant-Salon du Grand Narbonne n’aura pas lieue. Initialement prévu le samedi 27 avril au CIVL (Conseil interprofessionnel des vins du Languedoc), ce rendez-vous littéraire devait préfigurer le Salon du livre des 25 et 26 mai prochains en présence de l’écrivain François Bégaudeau.

Problème, l’auteur fait actuellement l’objet d’une procédure juridique pour « diffamation en raison d’appartenance à un sexe » dont le jugement par délibéré ne sera rendu que le 27 mai. Trop tard pour l’inviter à Narbonne estime l’Agglo, organisatrice de l’événement. « Dans ce contexte, et par souci de neutralité, le Grand Narbonne a préféré annuler l’Avant-Salon », explique-t-elle dans un communiqué.

Un message « diffamatoire et sexiste »

L’auteur d’Entre les murs et de L’ Amour a, en effet, comparu jeudi 4 avril devant le Tribunal de Paris pour « diffamation en raison de l’appartenance à un sexe ». Il est accusé d’avoir publié un message diffamatoire et sexiste à l’encontre de l’historienne Ludivine Bantigny.

Dans ce message, publié le 20 mai 2020 sur la partie forum de son blog, il prétendait, au sujet de cette dernière, que « tous les auteurs de La Fabrique [une maison d’édition classée à gauche] lui sont passés dessus, même [Geoffroy de] Lagasnerie ». Une phrase précédée de : « Dans le milieu radical parisien, Ludivine est connu pour jamais être la dernière. » L’historienne et l’association féministe Chiennes de garde avaient porté plainte contre lui.

Un « blague triviale, beauf, malvenue »

Une « blague triviale, beauf, malvenue », selon les mots de François Bégaudeau prononcés à la barre du tribunal ce jeudi 4 avril et rapportés par le compte rendu d’audience de Libération. Tout en reconnaissant qu’elle « ait blessé, vexé, humilié la principale interessée », il a plaidé – il assurait seul sa défense – « une faute de goût » plus qu’une « faute morale ».

Une vision des choses qui n’est pas celle de Ludivine Bantigny. Durant cette audience, elle a dit s’être « sentie souillée » par les mots de l’écrivain, en évoquant « les insomnies » et « les tourments » qui en découlèrent. « Comment peut-on faire de l’humour en transformant une femme en objet sexuel ? », a-t-elle lancée avant de marteler : « Ce qu’il m’a fait est une violence sexiste, un outrage. »

La décision a été mise en délibérée et sera rendue le 27 mai (les parties civiles réclament 8500 euros de dommages et intérêts ainsi qu’une publication sur le site de l’écrivain).

Cyril Durand

Le théâtre Jean-Deschamps, dans la Cité médiévale © Julien Roche.
Culture & loisirs

Festival de Carcassonne : deux concerts de plus affichent complets

Les concerts de Bigflo et Oli et de Camille et Julie Berthol ...
Joanda en concert © Thierry Roux.
Culture & loisirs

Gruissan : Joanda en concert pour la clôture des Festejades

Le chanteur compositeur est en concert, ce dimanche 19 mai, ...
Illustration © DR
Culture & loisirs

Narbonne : un marché gourmand italien s’installe sur le parvis André-Malraux

Les stands sont ouverts tous les jours, de 10 h à 20 h, jusq ...
Musée Narbo Via © Cyril Durand.
Culture & loisirs

Narbonne : une Nuit au musée avec Narbo Via

Les trois sites regroupés sous l'étiquette Narbo Via ouvrent ...