Fontfroide prépare son voyage dans le temps les 25 et 26 juin

access_time Publié le 21/06/2022.

Le festival des arts et métiers d’antan de l’abbaye de Fontfroide aura lieu le week-end prochain. Un cadre idyllique pour remonter à l’époque du Moyen-Âge et redécouvrir les us et coutumes de l’époque.

Une époque qui a vu se développer toute une grande diversité de métiers, occupés par des femmes et des hommes toujours en quête de nouvelles innovations. Ainsi, c’est tout un panel de professions d’antant qui sont à découvrir, auprès d’artisans qui ont su entretenir ces techniques et savoirs.

Divers ateliers viendront agrémenter le week-end : atelier du cuir, atelier héraldique, atelier de poterie, atelier de fabrication de peinture, atelier de crêpes au bois, atelier de sorcellerie, atelier photo en costume médiéval, atelier de fabrication de cordes, atelier des herbes médicinales, atelier du forgeron.

Des animations musciales, des jeux médiévaux et bien plus encore seront de la partie. A noter en tête d’affiche les spectacles de fauconnerie qui auront lieu deux fois par jour les samedi et dimanche à 11h15 et 15h30.

A la découverte de l’art de la fauconnerie

Dans le décor magistral de la Cour Louis XIV, les Ailes de l’Urga plongeront les visiteurs dans le monde extraordinaire des oiseaux de proie. Originaire des plateaux d’Asie centrale, la fauconnerie était au Moyen Âge un des passe-temps favoris des rois et de la noblesse.

Au travers de leur spectacle en vol libre, les Ailes de l’Urga, fort d’une expérience de plus de 20 ans, s’efforcent de mettre en valeur ce savoir-faire, classé au patrimoine immatériel de l’Humanité par l’Unesco.

Il est recommandé d’être présent à Fontfroide 30 minutes avant le commencement du spectacle. Prévoir une casquette pour les plus petits. Spectacle compris dans le billet d’entrée des Arts & Métiers. Des rencontres sont également prévues avec les fauconniers et les rapaces après le spectacle.

Un banquet médiéval

En apéritif seront proposés hypocras (vin médiéval aux épices) et olives de Méditerranée. En entrée, une salade de lentilles au curcuma et saveurs des pays lointains aux petits oignons et légumes viendra mettre en appétit les visiteurs.

En plat de résistance, les gourmands goûteront au poulet façon retour de croisade (pommes et amandes), avec son accompagnement. Du fromage de chèvre frais local aux herbes aromatiques sera également proposé, ainsi qu’une tourte aux fruits de saison pour venir conclure cette expérience gustative.

Fontfroide, une abbaye millénaire

Un monument cistercien dont les origines remontent en l’an 1093. Nichée dans les contreforts des Corbières, l’abbaye de Fontfroide a su traverser les siècles pour aujourd’hui devenir un lieu touristique majeur de la région.

Un lieu qui tire son nom de la Fons Frigidus, la Fontaine Froide. Outre l’eau, les religieux pouvaient trouver dans le massif le bois et la pierre pour la construction du monastère. Mais Fontfroide ne se développe réellement qu’après 1145 et son rattachement à l’Ordre de Cîteaux.

Une communauté qui se développera, constituée de 80 moines et environ 250 frères convers. Grâce aux nombreuses donations et rachat de terres, l’abbaye deviendra une des plus riches en Chrétienté, possédant ainsi plus de 20 000 hectares de terre. Juqu’en terre aragonaise où le roi d’Aragon sollicitera Fontfroide pour y bâtir le monastère de Poblet.

L’assassinat d’un moine de Fontfroide déclencheur de la Croisade contre les Albigeois

Pierre de Castelnau, moine de Fontfroide devenu légat du Pape Innocent III, sera assassiné en 1209. Elément-déclencheur de la Croisade contre les Albigeois, l’abbaye de Fontfroide, haut-lieu de prédication contre le catharisme, traversera cette période troublée.

Un siècle plus tard, Jacques Fournier, accède au siège abbatial de Fontfroide en 1311. Après une carrière ecclésiatique remarquable, il sera élu Pape en Avignon sous le nom de Benoît XII. Il y fera construire le Palais des Papes et sera le plus grand représentant cistercien de Fontfroide.

L’abbaye évoluera ensuite au fur et à mesure des époques. La Révolution française en sera le plus grand bouleversement, entraînant la fin de la vie monastique et la mise en commende de Fontfroide. Le site sera ensuite offert aux Hospices de Narbonne en 1791.

Fontfroide revient sur le devant de la scène

Le Père Jean contribuera grandement au prestige retrouvé de l’abbaye. Nommé abbé de Fontfroide en 1889, il la fera rayonner comme foyer de charité, lieu de retraite et d’accueil. Véritable lettré, ces écrits et mots auront une vaste influence sur ses contemporains.

La loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat entérinera le départ des derniers moines. En 1908, Gustave et Madeleine Fayet achètent l’abbaye aux enchères. Artiste et conservateur de Musée, Gustave Fayet est surtout connu pour son talent de collectionneur visionnaire, et embellira le site de manière remarquale. Aujourd’hui, ce sont toujours ses descendants qui s’occupent de Fontfroide.

Culture & loisirs

Connaissez-vous parfaitement le film : 37°2 le matin ?

En quinze questions, vous allez savoir si vous êtes incollab ...
Culture & loisirs

Villesèquelande : « Pour Hêtre » au village de l’arbre

C’est un arbre qui ne cache une quelconque forêt, pas plus q ...
Culture & loisirs

Trèbes : Croq’Noël pour un spectacle gourmand et musical ce jeudi

Un spectacle à destination des plus jeunes à l’approch ...
Culture & loisirs

Carcassonne : la 6e édition du festival Fictions documentaires a débuté

Pour sa sixième édition, la programmation de Fictions Docume ...