Castelnaudary : Arterris investit 13 millions d’euros

access_time Publié le 05/01/2022.

La coopérative Arterris, dont le siège est basé à Castelnaudary, a investi dans la construction d’une nouvelle usine de semences. Un développement économique toujours bienvenu pour le département.

Arterris, la coopérative qui englobe 25 000 agriculteurs, collaborateurs et administrateurs locaux, propose un service allant, pour paraphraser la formule de l’entreprise, « de la fourchette à la fourche ». Une société tentaculaire dont le champ d’action s’étend de l’Atlantique aux Alpes, au chiffre d’affaires estimé à plus d’un milliard d’euros, faisant d’elle la plus importante du département, et de loin.

Spécialisée dans l’agroalimentaire, la grande distribution et les productions agricoles, l’entreprise Arterris « l’art de la terre » investit dans le secteur des semences, de la recherche à l’obtention de variétés, en passant par le tri ou le conditionnement.

Une filière qui aujourd’hui est mise en concurrence avec les pays d’Europe de l’Est. « Ces investissements sont une manière pour Arterris de se démarquer avec des solutions différenciantes qui permettent de sortir de la guerre des prix », précise Thierry Gestain, directeur semences au sein du groupe coopératif basé à Castelnaudary.

C’est donc pour faire face à cette concurrence que, du côté d’Arterris, a été mis en place le programme Opus, l’abréviation d’ « optimisation des processus des usines semences ». Ainsi, ce sont 13 millions d’euros qui seront investis sur le seul site de Castelnaudary. Une somme dont 750 000€ proviennent du soutien financier de la Région Occitanie ainsi que de la Communauté de communes Castelnaudary Lauragais Audois.

Huit personnes embauchées sur site, deux nouvelles en 2022

Avec une production de 30 000 tonnes de semences par an, chiffres atteints après la mise en place de la première phase d’Opus en octobre 2021, Arterris a reconfiguré le site pour y implanter un magasin de stockage de 3000 m2. Programme qui a par ailleurs permis de recruter huit personnes à l’usine de Castelnaudary, objectif réhaussé à dix pour 2022.

Les autres investissements prévoient notamment l’acquisition d’une nouvelle machine d’enrobage de semences ainsi qu’une chaîne de conditionnement automatisée. Arterris projette ainsi d’augmenter sa productivité de 15 à 20% sur le process de traitement des semences, et de 20 à 30% sur l’activité de conditionnement et de stockage.

La deuxième phase du projet Opus interviendra en juin 2022, il verra la création d’une nouvelle ligne de production dédiée au traitement de la production bio, en développant en parallèle la filière industrielle des graines fragiles comme le tournesol, colza, soja et légumes secs.

Arterris, poids lourd de l’économie locale

Acteur historique du sud de la France, Arterris fédère plus de 25 000 agricultrices et griculteurs, sur un territoire vivant, actif et productif, qui s’étend des portes de la Gascogne à l’Ouest, aux contreforts des Alpes, à l’Est.

C’est aujourd’hui un groupe polyvalent et fier de ses valeurs qui accompagne ses adhérents, dans le développement et la diversification de leurs exploitations agricoles. Organisé autour de quatre pôles : les productions végétales, la production animale, la transformation et la distribution, Arterris figure parmi les principaux groupes agroalimentaires de tout le grand sud de la France.

Forte de 2200 salariés et de 350 000 hectares de productions végétales, ce sont au total 300 sites spécialisés que regroupe l’enseigne. Des adhérents qui élisent leurs représentants au conseil d’administration lors de l’assemblée générale annuelle selon un principe simple : ”une personne égale une voix “. C’est sur cette base que reposent les principes et valeurs d’Arterris (photos Arterris).

Économie

Fontjoncouse : le domaine des Deux Clés s’est fait un nom

Gaëlle et Florian sont les heureux passionnés de vin proprié ...
Économie

Lumière sur : Margaux Delhomme, Culo

Cette semaine, c’est le portrait de Margaux Delhomme q ...
Économie

Covid-19 : le CNGTC dresse le bilan économique du 3e trimestre 2021

Le Conseil national des greffiers des tribunaux de commerce ...