Aude : le bleu est de mise sur le littoral

access_time Publié le 07/07/2024.

Pavillon bleu hissé sur le littoral audois © DR.

Le Pavillon bleu flotte sur les plages et ports de l’Aude. Zoom sur ce label vieux de 39 ans.

Depuis bientôt quarante ans, il fait partie du paysage des stations balnéaires du département. Pour les estivants, il est un gage de qualité que les communes ne veulent pas prendre le risque de négliger. On veut parler du Pavillon Bleu.  Les touristes arrivant en masse sur le littoral  pourront voir flotter un drapeau qui leur est familier : le Pavillon bleu. On vous en dit un peu plus sur ce label qui fêtera ses quarante ans l’année prochaine. 

Comment est-il né ? 

Le Pavillon bleu a été créé par l’Office français de la Fondation pour l’éducation à l’environnement en Europe en 1985 à l’attention des communes possédant des lieux de baignades ou (et) des ports de plaisance. Ces communes doivent impérativement mener une politique en faveur d’un environnement de qualité. 

Comment obtient-on le Pavillon Bleu ? 

Pour obtenir cet écolabel, il faut remplir trois critères. Tout d’abord être une commune avec un point de baignade ou un port de plaisance disposant d’un minimum d’équipements pour accueillir les plaisanciers. Il faut ensuite faire acte de candidature en étant en mesure de prendre en compte le critère « environnement » dans la politique de développement économique et touristique et de répondre aux directives nationales et/ou européennes obligatoires.

Enfin, il faut s’acquitter du coût du label  qui est de 995 € à 2050 € pour les communes et de 510 € à 1320 € pour les ports. 

L’eau le critère principal ? 

Aux yeux des estivants, le Pavillon bleu est associé à la qualité des eaux de baignade. Ce qui est vrai dans la mesure où il s’agit du point principal pour l’obtention du label. Les analyses bactériologiques sont effectuées par l’Agence régionale de santé à raison de cinq prélèvements minimum. Les résultats doivent être excellents sur les quatre dernières années.

Attention : la propreté des eaux de baignade n’est qu’un des quarante-cinq critères exigés. En effet, l’auditeur-conseil mandaté passe aussi en revue les sanitaires, la sécurité et l’accessibilité des lieux de baignade. 

Où flottera le drapeau cette année ? 

Pour l’année 2024 : 398 plages, 106 ports de plaisance ont obtenu le label Pavillon bleu en France. Dans l’Aude, les Cabanes de Fleury, Saint-Pierre-la-Mer (Fleury), Narbonne-Plage (plage du centre, les Karantes, plage du Languedoc), Gruissan (le Grazel, les Ayguades, les Chalets), Port-la-Nouvelle (plage du front de mer), Leucate (La Franqui, Leucate plage, le Kyklos, la plage naturistes, Copacabana) verront flotter le drapeau bleu. Tout comme le port de Carcassonne, le port de Leucate, port de plaisance de Gruissan et le port de plaisance de Narbonne. 

Notre correspondant local

Le sondage : c’est une enquête d’opinion qui date toutefois de 2016 mais elle peut servir d’indicateur sur la relation qu’ont les Français avec le Pavillon bleu.  Le sondage révélait qu’il y a huit ans, 67 % des Français connaissaient le label Pavillon bleu. Très instructif, on lisait notamment que le Pavillon bleu pouvait être un critère de choix de vacances pour 81 % des personnes interrogées et qu’il représentait, pour 80 % d’entre-elles, une garantie de propreté des eaux et des plages.

Photos : Pavillons bleus hissés sur le littoral audois © DR.

Prison de Carcassonne © syndicat FO Justice.
Société

Aude : « La prison de Carcassonne est la plus surpeuplée de France »

Plusieurs associations ont saisi le juge administratif d&rsq ...
Forum participatif du conseil départemental des jeunes à Belfou, vendredi 19 juillet © Département de l'Aude.
Société

Aude : les jeunes du conseil départemental organisent un forum participatif

Le conseil départemental des jeunes poursuit son travail d’a ...
Reed Brody © DR.
Société

Montolieu : le « chasseur de dictateurs » Reed Brody en séance de dédicaces

L’avocat américain Reed Brody, installé dans ce village, déd ...
illustration © DR.
Société

Retour du loup en France : « un objet de fascination » pour un chercheur montpelliérain

En 2023, canis lupus a fait son retour dans 23 pays de l&rsq ...