Association Bad Boy : « Les animaux sont des éponges émotionnelles »

access_time Publié le 05/07/2021.

Moniteur d’équitation, Dylan Fuster, Limouxin depuis peu, se déplace dans les Ehpad et dans les IME avec son poney Bad Boy. Parce que le contact entre l’animal – qui n’a de bad boy que le nom – et l’humain a des vertus incroyables. Témoignage.

Présentez-nous Bad Boy !

Bad Boy, de son vrai prénom « Blacky », est un ancien petit poney de concours qui faisait le bonheur de la fille d’une amie. Il m’a été confié par celle-ci il y a maintenant deux ans, car elle savait que sa vocation était la médiation, même s’il s’avérait être un super poney de concours complet d’équitation.

L’équitation est un métier et une passion pour vous ?

J’ai toujours eu des chevaux depuis petit chez moi, et je monte en centre équestre depuis mes 6 ans. J’ai toujours su que je voulais travailler dans le monde du cheval. Je dirais même que l’équitation est plus qu’une passion pour moi, c’est une vocation et j’ai choisi un parcours scolaire au lycée agricole de Castelnaudary pour pouvoir obtenir tous les diplômes équestre que je voulais.

Pour ce qui est de mon métier, je suis aussi moniteur d’équitation et cavalier indépendant. Je fais un peu d’élevage de chevaux. Je me suis récemment installé au écuries de la Massotte à côté de Limoux où nous proposons des pensions, des cours d’équitation, des balades, du travail du cheval, débourrage, etc…

« Il est non-jugeant, il ne triche pas… »

Comment vous est venue l’idée d’intervenir dans les Ehpad ?

J’ai effectué une mission service civique de 6 mois avec la mission locale de Limoux/Carcassonne au sein du Centre équestre du Causse à Granès géré par Lucile Chivot et dont le but était de « rendre accessible le sport au handicap ».
Nous avons commencé à accueillir du public en situation de handicap ou âgée sur la structure par petits groupes.

Puis nous nous sommes dit qu’il était dommage de ne pas pouvoir en faire profiter à davantage de personnes. C’est donc à ce moment-là que l’idée de nous déplacer dans les établissements nous est venue.

Comment le poney entre-t-il en « communication » avec les résidents ?

Par sa «sociabilité», mon poney va quasiment toujours de lui-même vers les résidents. il peut les sentir, les toucher avec le bout de son nez, ou simplement poser sa tête sur eux ou sur leurs lits. Il est très fréquent qu’il fasse même une petite sieste dans les chambres !

Pourquoi le poney est-il l’animal idéal pour ce genre de contact ?

Les chevaux, et même les animaux en général, sont connus pour être de vraies « éponges émotionnelles » et leur empathie est plus ou moins développée. L’animal est non-jugeant, il ne triche pas et il ne ment pas. J’ai tout de suite été séduit par ce petit étalon plus que sociable car il réunissait toutes ces qualités que je recherchais.

« Les voir rire, sourire, s’amuser »

Les résidents sont-ils demandeurs ?

A voir tous les sourires sur leurs visages, oui ! Les équipes d’animation et médicales me disent toujours que nous sommes toujours très attendus. Enfin, plutôt mon poney car c’est lui la vedette !


Avez-vous assisté à des scènes touchantes ?

Les scènes sont toujours touchantes à mes yeux, et il y en a de nouvelles à chaque intervention. La dernière que j’ai en tête date d’une intervention dans un service ou se trouvent des patient en état végétatif. Le poney s’est mis a jouer et à essayer de stimuler ces personnes-là avec le bout de son nez

Comment fonctionnez-vous avec l’IME (Institut Médico-Educatif) ?

J’interviens tous les jeudis à l’IME « Les Hirondelles » de Limoux où nous pratiquons l’équitation adaptée depuis presque deux ans. Nous travaillons main dans la main avec les équipes de l’IME pour essayer de personnaliser au mieux chaque objectif pour chaque enfant. Cela se met en place par des petits exercices et surtout de petites balades très attendues par les jeunes, sur les hauteurs de la ville.

Le comportement des enfants change-t-il en compagnie du poney ?

Oui, c’est assez impressionnant même ! L’apaisement et la bonne humeur sont au rendez-vous. Par exemple, des enfants ayant des pathologies assez lourdes et des comportement turbulents, sont, une fois à cheval, en général d’un calme et d’un apaisement extrêmes. Les voir sourire, rire, s’amuser reste vraiment de grande satisfaction pour nou

Culture & loisirs

Les citadelles du vertige à l’Unesco : déjà plus de 18 000 soutiens

La mobilisation prend de l’ampleur. Le cap des 18 000 ...
Culture & loisirs

Carcassonne : l’opératon « Cité propre » est lancée

A vos sacs recyclables, l’opération a commencé ! A l&r ...
Culture & loisirs

L’abbaye de Lagrasse se découvre comme au premier jour

L’abbaye Sainte-Marie de Lagrasse de son nom complet, ...
Culture & loisirs

Cité de Carcassonne : pas besoin de pass sanitaire pour la découvrir

Considérée comme un quartier de la ville de Carcassonne, la ...