Arnaud Tournier du SYADEN : « La coupure, une des solutions immédiates »

access_time Publié le 23/12/2022.

En ces temps de crise énergétique, le Syndicat Audois d’Energies et du Numérique (SYADEN) a été sollicité plus que de coutume par les communes du département soucieuses de mieux gérer leur éclairage public. Explications de son directeur général des services Arnaud Tournier.

Quel est le rôle du SYADEN ?

Le SYADEN est un groupement départemental de collectivités territoriales administré par une assemblée d’élus et son président, Régis Banquet. Il est l’outil mutualisé de l’ensemble des collectivités de l’Aude dans les domaines de l’organisation des services publics de l’énergie, de la transition énergétique et de l’aménagement numérique du territoire en très haut débit.

Au titre de l’éclairage public, le SYADEN joue un rôle d’expert technique et de financeur d’un éclairage public sobre et performant auprès des communes audoises qui conservent la compétence juridique dans ce domaine.

Le SYADEN accompagne donc les collectivités audoises, d’une part, en réalisant des diagnostics du parc d’éclairage public pour connaitre le patrimoine et établir un schéma directeur d’amélioration et de rénovation, et d’autre part, en attribuant des subventions pour soutenir les investissements vertueux des collectivités en matière de rénovation.

Dans ce rôle d’interlocuteur privilégié, le SYADEN assure également une veille technique et règlementaire pour répondre aux différentes sollicitations des élus et gestionnaires publics.

Avez-vous été sollicités plus que de coutume ces derniers mois ?

En effet, le contexte actuel des hausses vertigineuses des coûts de l’énergie et d’une volonté de mieux maitriser les consommations et de la sobriété exigée par cette situation inédite, les collectivités ont sollicité le SYADEN plus que d’habitude et particulièrement sur les questions de rénovation et d’extinction partielle de leur éclairage public sur quelques heures de la nuit.

Y a-t-il eu de nombreuses réunions dans les communes ?

Oui, c’est la volonté du SYADEN d’être au plus près des communes et de les accompagner. Un agent du SYADEN spécialiste de l’éclairage public se rend régulièrement auprès des collectivités pour aborder les différentes thématiques en lien à l’éclairage public : rénovation, extinction, diagnostics, subventions, exploitation et maintenance.

« Pas d’accroissement de l’insécurité et des incivilités »

La coupure de l’éclairage public est-elle une solution ? Et pourquoi ?

La coupure est une des solutions immédiates pour répondre à la fois à la problématique liée à l’augmentation du coût de l’énergie et pour répondre aussi à certains impacts de l’éclairage public sur la biodiversité et la santé (respect du cycle circadien).

Mais elle n’est pas la seule. Maîtriser son éclairage public, passe avant tout, par la rénovation du parc éclairage public en mutant notamment à la technologie Leds. Une rénovation bien réalisée permet de réduire fortement les consommations et les nuisances lumineuses.

En complément, le pilotage et l’optimisation du fonctionnement de l’éclairage via l’abaissement de puissance ou la détection aux heures où le besoin est moindre constituent des solutions à développer.

Enfin, le SYADEN accompagne aussi les collectivités sur les installations d’éclairage public autonomes tels que les mâts photovoltaïques qui s’inscrivent dans la cohérence avec les préoccupations actuelles.

La coupure partielle n’induit-elle pas un danger pour la population ?

Il convient de préciser que la décision d’instaurer l’extinction partielle de l’éclairage public est une décision propre à chaque commune, en lien avec le pouvoir de police du maire. Cette mesure doit faire l’objet d’une information et d’une communication adaptées.

Le SYADEN a depuis plusieurs années établi un guide de bonnes pratiques à destination des maires des communes pour bien organiser ce processus. Jusqu’à présent, les retours d’expériences sur les extinctions, au niveau national, n’ont pas montré un accroissement de l’insécurité et des incivilités lors de la mise en œuvre de la mesure.

Combien de communes ont-elles hoisi cette solution ?

C’est un chiffre qui évolue assez rapidement ces derniers mois. À ce jour, pour toutes celles qui ont porté cette information à la connaissance du SYADEN, ce sont 70 communes audoises qui ont été recensées pour leur pratique de l’extinction partielle. La plage horaire la plus fréquente est le créneau 23h – 05h.

« Noël : moins et plus période plus courte »

N’est-ce pas plus compliqué pour des grandes villes comme Narbonne ou Carcassonne ?

Les territoires très urbains ont des besoins en termes de déplacements, de vie socio-culturelle et économique très différents des territoires ruraux. Les élus de nos villes doivent donc trouver le bon équilibre pour concilier ces besoins et les contraintes énergétiques.

Des collectivités dites urbaines, tant au niveau local que national, font le choix d’expérimenter l’extinction ou de s’orienter à minima vers des solutions d’abaissement et de détection. Nos deux villes audoises majeures commencent à expérimenter ces solutions.

La question des illuminations de Noël s’est-elle posée ?

Les motifs lumineux fonctionnent tous aujourd’hui avec des Leds donc sont peu énergivores. Il existe des solutions permettant de les piloter indépendamment de l’éclairage public, donc de pouvoir les éteindre même si la commune ne pratique pas l’extinction. Beaucoup de communes ont choisi de les mettre en service sur une période plus courte et d’en mettre moins aussi.

Le Syaden apporte-t-il des solutions pour l’avenir et pour éviter les extinctions ?

Le SYADEN, qui joue un rôle majeur dans le déploiement des réseaux numériques, se positionne sur l’éclairage connecté et durable. Il se lance dans des déploiements de ce type. Le développement des objets connectés et des capteurs permettra ainsi d’optimiser le fonctionnement de l’éclairage public aux besoins des usagers : éclairer juste, au bon moment et avec la bonne qualité de lumière.

Aussi, le SYADEN développe un outil de cartographie numérisée mis à disposition du territoire pour maîtriser leur patrimoine. L’extinction permet de réduire l’impact de l’éclairage sur la période dite de cœur de nuit mais il faut également travailler sur les extrémités de nuit (crépuscule et aube) par la rénovation et les solutions innovantes.

Économie

Narbonne : le réseau Initiative organisait sa cérémonie de remise de chèques

C’est au sein de la Chambre du Commerce et de l’ ...
Économie

Enseignement supérieur : une enquête pour évaluer les besoins des entreprises

Carcassonne Agglo et la Ville réalisent jusqu’au 2 fév ...
Économie

L’Adie Occitanie et la CCI de l’Aude signent une convention en faveur des entrepreneurs

L’Adie Occitanie et la CCI Aude allient leurs compétences af ...
Économie

2023, année record d’inflation ?

Avec la nouvelle année, de nouvelles perspectives s’ou ...