Apocalypse Z : rencontre avec Gaëlle Girard, show runner de la web-série zombie

access_time Publié le 08/10/2021.

En pleine production de sa série sur l’univers des zombies, Gaëlle Girard revient avec nous sur son œuvre qui aujourd’hui cartonne sur internet (photos Nathy Piel-Guibal).

Narbonnaise d’adoption, « depuis l’âge de cinq ans » précise Gaëlle, la show runner raconte la genèse d’un projet qui aujourd’hui attire des spectateurs par dizaines de milliers.

« A la base, j’ai créé Apocalypse Z il y a de cela 8 ans. Nous organisions des événements basés autour de la thématique zombies avec l’agence The Kmeleon. Cela mobilisait pas mal de monde et tout se passait plutôt bien, jusqu’à ce que la crise sanitaire apparaisse. Depuis novembre 2019 de nombreux événements se retrouvaient annulés. »

« Cétait une période assez difficile, confie Gaëlle, j’ai connu une petite dépression. Travailler dans l’événementiel en cette période, c’est quelque chose de particulièrement difficile à gérer. On ne sait pas de quoi demain sera fait, on ne sait pas si on pourra repartir. »

Cinq épisodes d’une dizaine de minutes chacun déjà tournés

« Puis au final, on s’est dit : plutôt qu’à attendre, pourquoi ne pas se lancer dans la production cinématographique. Etant passionnée de cinéma, le tournage permettait aussi de nous déconfiner et de rester actifs. »

« On a réinvesti l’argent que l’on avait dans la réalisation. Cinq ou six week-end de tournage en mars / avril, avec une équipe de près de 120 personnes mobilisées, la grande majorité bénévole. »

Ainsi, cinq épisodes d’une dizaine de minutes sont déjà « dans la boîte ». Diffusés depuis ce mois de septembre à hauteur d’un épisode par semaine sur les réseaux sociaux Facebook, Instagram mais aussi Youtube, le résultat est particulièrement bluffant.

Mise en scène à l’américaine, images et ambiance nous plongent alors dans une atmosphère très Walking Dead, pour les connaisseurs, véritable source d’inspiration pour Gaëlle Girard.

« C’est assez paradoxal parce qu’au final c’était beaucoup moins stressant à réaliser que lorsqu’on organise un événement. Dans l’événementiel, vous devez être bon à l’instant T, sans filet. Avec la magie du cinéma, on peut s’y reprendre à plusieurs reprises. »

Des avantages mais aussi des inconvénients

Une production qui a un coût de fonctionnement, et qui au final repose sur la motivation des bénévoles pour continuer à exister. Gaelle Girard le reconnaît : « C’est un travail de passionnés, pas forcément par les zombies d’ailleurs. Toutes personnes motivées peuvent, si elles le souhaitent, candidater pour participer à cette aventure. »

« Nous avons aussi reçu des critiques de personnes mal intentionnées nous accusant de flirter avec l’actualité tragique liée à la Covid. Je répondrais simplement à ces gens qu’Apocalypse Z a été créée en 2013, bien avant tout ça, et que des productions telles que les Resident Evil ou Walking Dead n’ont également pas attendu le coronavirus pour fonctionner. »

« Nous cherchons également des partenariats et des financements pour continuer à nous développer. Nous ambitionnons une saison Deux, nous ne voulons pas nous arrêter en si bon chemin. Nous avons tellement de retours positifs que nous continuerons »

Retrouvez la bande-annonce d’Apocalypse Z ici.

Culture & loisirs

Carcassonne : « The Future is Now » jusqu’au 30 ocotbre dernier délai

L’exposition* de Philippe Shangti qui a déjà rassemblé ...
Culture & loisirs

Dans le Cabardès, des livres au fond du terroir

Au pied de la Montagne Noire, il existe une maison d’édition ...
Culture & loisirs

Les Enfants au Cinéma : c’était bien le festival de l’émotion

L’idée était alléchante. Le résultat est limpide. Organisé à ...
Culture & loisirs

Carcassonne à l’organisation du Tremplin Jeunes Talents 2021

Déjà la 12e édition de cet événement permettant aux artistes ...