Agim Ademi : « Cette expérience vivra toujours avec nous »

access_time Publié le 09/12/2022.

En 1995, le KF Kosova de Pristina était le premier club de football à être autorisé à quitter le Kosovo. Il répondait alors à l’invitation du FUN. A la tête des jeunes benjamins, Agim Ademi était le président du club. Quatre ans plus tard, c’est en réfugiés de guerre que les jeunes footballeurs avaient retrouvé les familles narbonnaises. Aujourd’hui, Agim Ademi est devenu le président de la Fédération de football du Kosovo et côtoie les grandes nations du ballon rond.

Était-ce une fierté d’être le premier club à pouvoir quitter le Kosovo pour un pays européen en 1995 ?

Si nous revenons 27 ans en arrière et que nous pensons à la situation au Kosovo, bien sûr, c’était une grande fierté d’avoir cette chance de représenter notre pays au-delà des frontières. Il est peut-être très difficile pour vous de comprendre, de votre point de vue, la situation qui régnait au Kosovo à cette époque. Nous jouions sur des terrains de football improvisés.

Tout le temps avec la crainte que les matchs ne soient arrêtés par la police, juste parce que nous essayions de réaliser nos rêves qui étaient de jouer au football. En particulier pour les jeunes générations comme la génération avec laquelle nous sommes venus jouer en France à l’époque.

En fait, nous essayions de maintenir le football et nos rêves en vie, même dans ces circonstances. Quatre ans plus tard, Narbonne a répondu présent pendant la guerre.

Quel souvenir gardez-vous de cette solidarité ?

Une fois de plus, j’ai besoin de rappeler ma mémoire et d’essayer de répondre en me basant sur la perspective de cette époque. Pendant la guerre, nous étions presque sans espoir, alors le soutien et la solidarité que nous avons reçus de beaucoup de pays et de régions, y compris de Narbonne, ont été cruciaux pour nous permettre de survivre et d’arriver jusqu’à aujourd’hui.

Bien sûr, pour moi personnellement, mais encore plus pour les enfants de cette époque, le soutien et la solidarité que nous avons reçus de Narbonne ont été différents et nous ont donné la force de poursuivre notre chemin. Nous avons ressenti quelque chose de plus personnel, peut-être en raison de notre expérience fantastique quatre ans auparavant.

Pour tous les jeunes de l’époque, Narbonne et les Narbonnais ont-ils une place à part dans leurs cœurs ?

Absolument. C’est vrai et correct, non seulement à cause de notre visite à Narbonne en 1995, mais aussi comme vous l’avez mentionné dans votre deuxième question, grâce au rôle de Narbonne pendant notre guerre et au soutien et de la solidarité que nous avons reçus alors.

Nous nous remémorons souvent nos souvenirs, lorsque je rencontre les garçons à différentes occasions, nous parlons souvent de cette expérience incroyable que nous avons vécue ensemble et nous sommes certains que cette expérience vivra pour toujours avec nous.

« Un droit fondamental qui nous a été refusé »

Vous arrive-t-il de les revoir même si chacun a désormais une vie d’adulte ?

Bien sûr, nous nous rencontrons à différentes occasions. Certains d’entre eux ont réalisé leur rêve et sont devenus footballeurs professionnels et d’autres, bien sûr, se sont orientés vers d’autres professions et s’occupent de leur propre vie, mais à différentes occasions, nous nous rencontrons et nous parlons toujours de notre expérience commune.

Faire reconnaître le football du Kosovo a toujours été votre volonté ?

Peut-être que du point de vue européen, ce n’était qu’un souhait, mais pour moi personnellement et pour tout le monde au Kosovo, c’était un droit fondamental, qui nous a été refusé pendant si longtemps. Nous avons tout fait pour maintenir le football en vie ici et pendant 25 ans .

Nous avons fait face à de nombreuses difficultés pour atteindre cet objectif finalement atteint le 3 mai 2016 avec notre adhésion à l’UEFA. Bien sûr, c’était une grande satisfaction pour nous, mais à côté de cela, c’était plus une justice très tardive qu’une récompense pour les gens et les footballeurs du Kosovo.

Nous avons beaucoup investi pendant 25 ans, à tous les niveaux, financièrement et dans tous les autres domaines, mais même s’il était trop tard, nous pouvons dire avec fierté que cela en valait la peine.

« Exister en faisant partie de la famille européenne »

Comment êtes-vous arrivé à la tête de la Fédération ?

Au lieu de demander « comment », je dirais « pourquoi pas » ? Si ce n’est pas moi, qui d’autre ? J’ai fait partie du football, presque toute ma vie. J’ai été un joueur dans ma jeunesse. Après cela, j’ai créé et dirigé un club très prospère, à travers les périodes les plus sombres et les plus brillantes de notre football.

J’ai fait partie de la Fédération pendant très, très longtemps à différents postes, principalement comme premier vice-président, donc pour moi, devenir chef de la Fédération était une voie et un devoir tout à fait naturels.

Lorsque nous avons perdu Fadil Vokri, en 2018, c’était la volonté de toutes les personnes qui font partie de notre système de football, de me donner l’opportunité et aussi de me mettre au défi, en me nommant président de la Fédération de football du Kosovo.

Et si nous jetons un coup d’œil en arrière sur une période de plus de 4 ans, je pense que moi personnellement et mes collègues de la Fédération de football du Kosovo, nous avons bien travaillé et je peux dire que je suis très fier de ma période ici.

Pour une petite nation du football comme le Kosovo est-ce difficile d’exister en Europe ?

Bien sûr, ce n’est pas facile, mais d’un autre côté, malgré les difficultés, nous essayons aussi de voir la partie positive et d’exister autant que nous pouvons, en faisant partie de la famille du football européen.

Nous sommes tous conscients que le niveau du football européen est le plus élevé possible dans le monde, il n’est donc pas facile de maintenir ce niveau par tous ses aspects : l’organisation, le travail avec les équipes de jeunes, les différentes procédures et aussi par le niveau du football sur le terrain.

Cependant, comme je l’ai dit, nous nous efforçons d’obtenir des exemples et des modules de toutes les nations européennes de football et de les adapter à nos circonstances.

Avez-vous de bonnes relations avec les instances européennes et le présidents des autres fédérations ?

Je peux dire avec fierté que mes relations avec les autorités européennes du football et les présidents des autres fédérations ne sont pas seulement bonnes, mais excellentes. J’ai des relations très fructueuses avec le président de l’UEFA, M. Ceferin, mais pas seulement avec lui, mais aussi avec presque tous les membres exécutifs et les autres structures de l’UEFA.

Et grâce à leur soutien, nous progressons sur notre chemin en tant que jeune association membre. En outre, mes relations avec mes collègues, les présidents d’autres fédérations, sont très bonnes. Nous les rencontrons de temps en temps et nous passons un bon moment à discuter des projets et de l’avenir de nos fédérations.

« Le renforcement des relations avec l’Aude »

Il y a toujours ce lien avec la France puisque le sélectionneur de l’équipe nationale n’est autre qu’Alain Giresse. Pourquoi l’avoir choisi ?

Oui, Alain Giresse est avec nous depuis presque un an en tant qu’entraîneur principal, mais nos relations avec lui sont plus anciennes. J’ai eu la chance de rencontrer M. Giresse il y a plusieurs années et j’ai vu en lui beaucoup de qualités qui conviendraient parfaitement à notre équipe.

Sa carrière de footballeur et son expérience en tant qu’entraîneur principal d’équipes nationales sont quelques-unes des principales raisons pour lesquelles nous avons décidé de coopérer avec lui.

Nous avons laissé derrière nous notre première année et nous attendons une année encore plus réussie, en 2023, lors de la campagne de qualification pour l’Euro 2024.

Peut-on envisager des relations plus étroites avec le football du département de l’Aude, celui de Narbonne ?

Lorsque je suis devenu président de la Fédération de football du Kosovo, l’un de mes principaux objectifs était d’étendre notre réseau à travers l’Europe et le monde en général, donc bien sûr, le renforcement des relations avec l’Aude est très important et intéressant pour nous.

Personnellement, mais aussi la Fédération que je dirige, je suis très ouvert aux nouveaux projets, notamment avec les régions et les pays avec lesquels nous entretenons des relations particulières, comme c’est le cas de l’Aude à cette occasion.

Sport

Les résultats audois du week-end

Une semaine ambivalente qui voit l’important succès de ...
Sport

Le Narbonnais Florian Sotoca prolongé jusqu’en 2026 par le RC Lens

Le joueur formé au Football Union Narbonne vient de prolonge ...
Sport

Les résultats audois du week-end

Un week-end marqué par la très belle victoire narbonnaise en ...
Sport

Les résultats audois du week-end

Un bien beau week-end du côté du littoral audois, où toutes ...