Lézignanais : la concertation préalable sur le Plan Climat s’ouvrira dès septembre

access_time Publié le 18/08/2022.

Et elle durera jusqu’au 14 octobre. Le Plan Climat Air Energie Territorial (PCAET) est ainsi soumis à une évaluation environnementale. Dans la région Lézignanais – Corbières Minervois, une consultation* du public est organisée afin d’entendre l’avis de chacun.

La lutte contre les dérèglements climatiques se fait au quotidien. Les dernières châleurs ont une nouvelle fois rappelé les dangers du réchauffement climatique, avec des périodes caniculaires à répétition. Atténuer le changement climatique, développer les énergies renouvelables, maîtriser la consommation d’énergie et protéger la qualité de l’air, autant d’objectifs affichés par le PCAET.

Depuis 2019, sa généralisation est obligatoire à l’ensemble des intercommunalités de plus de 20 000 habitants à l’horizon du 1er janvier 2019, et l’a été dès 2017 pour les intercommunalités de plus de 50 000 habitants.

Sur le Lézignanais, il contient un diagnostic du territoire, une stratégie visant à définir des priorités et objectifs (stratégiques et opérationnels) et d’établir un plan d’actions intégrant des actions à mettre en oeuvre par la collectivité et les acteurs socio-économiques.

Un diagnostic sans concession

Il ressort ainsi qu’il est possible de réduire ces consommations d’énergie de presque 50% au travers de différentes actions dans différents secteurs. Ce potentiel de réduction nécessite d’être affiné dans la stratégie.

Parmi les leviers possibles : le développement du télétravail, de l’écoconduite, des équipements électriques, la diminution de l’utilisation de la voiture individuelle au profit des transports en commun, du co-voiturage, du vélo, etc. sont autant d’éléments de réponse.

Dans les domaines du tertiaire, de l’industrie et de l’agriculture, plusieurs pistes sont évoquées : rénovation énergétique des bâtiments, l’évolution du mix énergétique, la sensibilisation aux écogestes pour la sobriété énergétique, l’utilisation d’appareils énergétiquement efficaces.

Mais encore l’investissement dans des machines énergétiquement plus performantes, la mise en place d’un système de management de l’énergie, l’amélioration énergétique des bâtiments et du matériel, le développement des bonnes pratiques en matière de chauffage et de ventilation, des circuits courts et d’une agriculture moins gourmande en intrants.

Rejets de CO2 et qualité de l’air au centre des préoccupations

En 2017, les émissions de GES (gaz à effet de serre) sur le territoire sont estimées à près de 178 719 tCO2eq. Les émissions de GES par habitant sur le territoire sont donc de près de 5,4 tCO2eq, ce qui est inférieur à la moyenne nationale de 6,9 tCO2eq par habitant. Les transports routiers sont responsables de 70% de ces émissions.

Les GES sont des gaz participant au réchauffement climatique. Naturellement présents dans l’atmosphère, ils sont également émis par les activités humaines. En parallèle, la qualité de l’air s’en retrouve elle aussi impactée.

Toujours sleon les chiffres de 2017, au total, près de 1 171 tonnes de polluants ont été émises sur le territoire, soit l’équivalent de 1,7% des émissions régionales pour un territoire qui ne représente qu’1,3% de sa population.

Fort potentiel de l’éolien et du solaire

La production globale d’énergies renouvelables sur le territoire était de presque 274 GWh en 2017. Le territoire a connu une hausse de 65% de la production d’EnR entre 2013 et 2017 avec, notamment, la création de deux parcs éoliens en 2013 et un parc éolien en 2017.

En parallèle, le réseau électrique présente un indicateur de coupure électrique supérieur à la moyenne nationale mais il possède une capacité d’injection importante et des lignes de transport de haute puissance favorables
au déploiement des productions renouvelables électriques.

Le réseau de gaz est très peu développé (moins de 6% des communes pour 37% de la population) et constitue donc un axe de travail important, notamment en lien avec la production de biogaz sur le territoire. Le territoire intègre peu de réseaux de chaleur, qui représentent donc un potentiel à développer.

En conclusion, le plan d’action 2023-2028 sera rédigé très prochainement. La Région Lézignanaise Corbières Minervois souhaite travailler avec tous les acteurs et habitants de l’agglomération pour que ce Plan ne soit pas une simple déclaration d’intention et au plus proche des enjeux.

*Pour participer à la consultation : voici le lien.

Actualités

Le Kremlin officialise l’annexion des territoires ukrainiens occupés

Le conflit en Ukraine risque prochainement de prendre une to ...
Actualités

Narbonnais : un dispositif de réutilisation des eaux usées inauguré dans la Clape

L’irrigation au goutte-à-goutte de 81 hectares de vignes à p ...
Actualités

Markethon de l’emploi : à la rencontre de Christiane, Fatima et Tony

A l’occasion du Markethon de l’emploi organisé d ...
Actualités

Les Grands Buffets soutiennent le pouvoir d’achat… et augmentent leurs tarifs

Les Grands Buffets, par l’intermédiaire de leur créate ...