Les élus audois interpellent la Première ministre Elisabeth Borne

access_time Publié le 13/07/2022.

Dans un courrier adressé à Elisabeth Borne récemment nommée Première ministre, les élus audois* ont fait part de leurs inquiétudes concernant la désertification dans le département.

« L’accès aux soins figure aujourd’hui fort légitimement en tête des préoccupations des Français. Face à cet enjeu majeur, nous ne pouvons que regretter l’insuffisance et l’inefficacité des politiques publiques nationales mises en œuvre ces dernières années ». C’est par ces mots forts que débute le courrier adressé à Matignon.

Un appel des élus audois à la nécessité de réagir. Ainsi, 10 à 12% de la population française vit aujourd’hui dans ce qui est appelé un désert médical. Pour les résidents de ces territoires, il faut en moyenne 11 jours pour obtenir un rendez-vous chez un médecin généraliste. D’un département à l’autre, les écarts de densité varient en moyenne de 1 à 3 pour les généralistes, apprend-on dans cette lettre.

« De telles inégalités sont inacceptables ! »

Le département de l’Aude entend ainsi défendre les actions entreprises : « Les stratégies d’attractivité par l’argent montrent à la fois leurs limites comme leurs dérives. Elles ne suffisent plus, même cumulées avec les défiscalisations liées aux zones de revitalisation rurale à attirer de nouveaux médecins ».

Les élus poursuivent : « Les collectivités territoriales ont multiplié les initiatives, fédérant les acteurs locaux, renforçant les synergies entre médecine de ville, et hôpital public, en portant des politiques territoriales pour atténuer les concurrences entre communes, et ont engagé des sommes importantes pour la lutte contre la désertification médicale. »

Des solutions sont alors proposées : « Pour contrer ce processus des pistes existent, telles que le conventionnementtemporaire, l’obligation exceptionnelle et transitoire pour les internes de médecine d’effectuer des périodes de stage en zones classées en déficit de professionnels de santé, ou bien d’autres encore ».

Un courrier adressé dans l’espoir de faire changer les choses, pour un département qui semble de plus en plus concerné par ce phénomène de désertification médicale.

*Parmi les signataires : Hélène Sandragné, présidente du Conseil Départemental de l’Aude (Ph. Département Aude) ; Gisèle Jourda sénatrice de l’Aude ; Sébastien Pla sénateur de l’Aude ; Régis Banquet président de Carcassonne Agglo ; Cyril Delpech président de la Communauté de Communes de la Montagne Noire ; Pierre Durand président de la Communauté de Communes du Limouxin ; Philippe Greffier président de la Communauté de Communes Castelnaudary Lauragais Audois ; André Hernandez président de la Communauté de Communes Région Lézignanaise, Corbières, Minervois ; Didier Mouly président du Grand Narbonne ; Jean-Jacques Lopez président de la Communauté de Communes Corbières Salanque Méditerranée ; Francis Savy président de la Communauté de Communes des Pyrénées Audoises ; André Viola président de la Communauté de Communes Piège, Lauragais Malepère.

Actualités

Les actualités en bref de la semaine

EvénementLa flamme olympique passera bien dans le départemen ...
Actualités

In and Out et le Chiffre de la semaine

In : 1500 arbres seront plantés cet hiver le long du Canal d ...
Actualités

Entretien exclusif avec Quentin Estrade, médecin volontaire narbonnais en Ukraine

Interne en cardiologie à Toulouse, Quentin Estrade a décollé ...
Actualités

Le Département organise son propre marché de Noël

Jusqu’au 6 décembre, le Département lance un appel à m ...