À Capendu : trois tombes monumentales de 4000 ans enfin révélées

access_time Publié le 02/10/2020.

C’est sur le site de construction d’un futur centre commercial que la découverte a été réalisée. À Capendu, à mi-chemin entre Carcassonne et Lézignan-Corbières, trois tombes d’envergure exceptionnelles ont été mises à jour.

Selon les premières estimations, elles dateraient de plusieurs milliers d’année.

Des fouilles débutées en juillet 2020, des tombes probablement pillées

L’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) est un établissement public placé sous la tutelle des ministères de la Culture et de la Recherche. Il réalise chaque année quelque 1800 diagnostics archéologiques et plus de 200 fouilles pour le compte des aménageurs privés et publics, en France métropolitaine et outre-mer.

Et cette fois, c’est sur le site de fouille de 3500 m², à l’emplacement du futur centre commercial appartenant au groupe Immo-Mousquetaires, que l’équipe d’archéologues est présente depuis le 6 juillet 2020.

Ainsi, trois sépultures du début du bronze ancien ont été mises au jour. Des restes humains ont notamment été découverts et seront prochainement étudiés.

Ces ancêtres auraient vécu entre -2 000 et -1 800 avant notre ère. Elles se situaient à 50 cm et un mètre de profondeur. Un cas unique dans la région. Deux des trois monuments ont la forme d’un enclos circulaire. Au centre de chacun d’entre eux : une tombe en coffre. Les archéologues y ont découvert des restes humains et des parures. « Les tombes ont certainement été pillées.

Il y avait sûrement des objets précieux en bronze à l’intérieur », ajoute Romain Marsac, responsable scientifique du chantier pour l’Inrap. Les architectes ont également trouvé sur le site des parures en os et en coquillage, un crâne d’une femme adulte, une mandibule d’enfants, des fragments d’os long et des phalanges.

Des monuments d’un type inconnu dans la région

Les monuments « sont d’un type inconnu dans la région », relève l’Inrap.

Les monuments funéraires qui ont été révélés appartiendraient à une nécropole bien plus vaste, car des tombes de mêmes morphologies avaient été découvertes en 2008, à quelques dizaines de mètres de là, lors d’un précédent diagnostic de l’Inrap.

Une des structures est très abîmée par les labours contemporains et ne pourra être fouillée que partiellement car elle se développe pour moitié hors de l’emprise de la fouille. La troisième, découverte sous près d’un mètre de recouvrement, est mieux conservée.

L’une des structures conserve sur sa face extérieure des éléments d’un parement soigné. En l’état actuel de la fouille, les premières observations stratigraphiques laissent supposer la présence probable d’un tertre de terre contenu par un large muret.

Les défunts portent des éléments parures en coquillage et en os qui se rattachent à la culture Campaniforme.

Ainsi, l’Aude, vieille terre aux fondations antiques, continue jour après jour à révéler ses anciens secrets.

Autrefois carrefour indispensable à l’hégémonie romaine en Gaule, les récentes découvertes nous avaient davantage habituées à la présence de vestiges gallo-romains. Aujourd’hui c’est un pan encore plus ancien du patrimoine audois qui vient d’être découvert. Et ce n’est certainement pas terminé.

Culture & loisirs

Zombie, viens par ici !

Les amateurs de sensations fortes pourront participer à une ...
Culture & loisirs

L’incroyable retour de l’ex-voto !

Un tableau volé en 1967 a retrouvé sa place au sein de la ch ...
Culture & loisirs

JEU – QUIZZ – AUDE

Connaissez-vous la Haute Vallée ? Petit questionnaire sur l’ ...